Le Bibote Txapelketa

La folle aventure à distance pour les enfants confinés 

Mars, Avril et Mai 2020

En partenariat avec de l'école publique d'Olhette

Aaahhh le confinement… Enfermé toute la journée dans sa maison ou son appartement…
Certains ont peut-être un jardin pour se dégourdir les jambes, mais d’autres doivent déjà commencer à s’agacer et à tourner en rond bloqués sur leur petit balcon. Pas d’inquiétude ! S’ennuyer ça fait souvent du bien pour l’imagination ! Mais dans quelques semaines le temps risque d’être long… Très long…

Le plus important en ce moment c’est de faire attention à sa santé et à celle des autres. Alors on doit rester chez soi car c’est malheureusement la seule solution. Pour tout le monde, c’est donc l’école à la maison. Et l’école c’est quoi ? Les devoirs, les exercices et les leçons… Mais c’est aussi (et surtout) les copains, les activités et les récrés !
Bibote d'Haricot, votre serviteur moustachu, a donc décidé de prendre les choses en mains... Et c’est une première mondiale !
Le challenge… « BIBOTE TXAPELKETA » !!!

Le Bibote quoi ??? Et bien c’est très simple… Tous les soirs, je vous proposerai une activité très facile à réaliser à la maison pour le lendemain. Un jury impartial composé de spécialistes de renommée internationale vous permettra alors de remporter des points, les bibotes (sans majuscule...), pour grimper au classement de Bibotes (avec une majuscule...) :
- « Tip », une taupe aveugle ;
- « Bobby », un policier anglais pas très commode ;
- « Jean-Pierre », un fossile avec des millions d’années d’expérience ;
- Et bien sûr « Carapuce », une petite tortue trouvée à Olhette et très copine avec « Salamèche » et « Bulbizarre » (qui sont malheureusement restés bloqués dans leur Pokeball…).
Mais attention !!! Comme d’habitude, l’important n’est pas de gagner, c’est bien sûr de participer et de rigoler !

Le « BIBOTE TXAPELKETA » démarre demain !

HIRU, BI, BAT… C’est parti !!!

Quelques liens utiles :
Le règlement
Le récit illustré
La chaîne vidéos

JOUR 1 : Les Vengeurs Masqués


Il n’y a pas très longtemps, j’ai lu sur un site très sérieux de « l’Internet » que le vilain virus qui était train de nous embêter venait d’une lointaine planète dans une autre galaxie nommée « Pangolin ».

Et ça n’a rien à voir, mais depuis plusieurs jours, les piles de ma télécommande sont vides et je ne peux plus changer de chaîne… Comme il faut que j’aille acheter des piles, mais que je n’ai pas de masque, j’ai peur de sortir de mon appartement. Et justement, je suis toute la journée bloqué sur cette chaîne de télé qui me répète en boucle qu’il n’y a plus de masques…

Une « pénurie » ? Késako ? Apparemment, une « pénurie » c’est comme quand un chauve cherche ses cheveux : il n’en a pas, puisqu’il est en pénurie de cheveux parce qu’il chauve… Comme une chauve-souris qui n’a plus de poils sur la tête en fait.

Et là, je me suis souvenu… J’avais lu sur autre un site tout aussi sérieux de « l’Internet » que le vilain virus qui était en train de nous embêter était arrivé de la planète Pangolin grâce à un vaisseau spatial en forme de chauve-souris. Alors je me suis dit : 
« Quoi ? Il n’y a plus de masques pour nous protéger, Tic, Bobby, Jean-Pierre, Carapuce et moi ???  Et beh pourquoi ne pas en fabriquer pour qu’ils fassent peur au virus et qu’il reparte sur sa planète Pangolin avec sa soucoupe volante en forme de chauve-souris ? ». 
Et oui, parfois je réfléchis…

Donc voilà ta première mission : réaliser un masque pour te couvrir la bouche et le nez qui fera peur au virus. Il faudra évidemment qu’il fasse très peur, car ce masque ne pourra pas te protéger quand tu respireras.

JOUR 2 : La Tour de Papel


Quelle sacrée soirée hier ! Le BiboteTxapelketa a démarré sur les chapeaux de roues : des bibotes inscrits à la pelle et des familles surmotivées ! Ça fait plaisir !

Alors Tip, Bobby, Jean-Pierre, Carapuce et moi avons décidé de fêter ça autour d’un petit verre sur notre terrasse. Attention ! Chez nous pas d’alcool : c’est mauvais pour la santé et on préfère que les gens s’appliquent de la solution hydro-alcoolique sur les mains plutôt que dans l’estomac. 

Comme d’habitude, c’était donc une célèbre  boisson lactée très fraîche au chocolat qui trônait fièrement sur notre table de jardin.
Mais Tip n’avait vraiment pas l’air dans son assiette… Elle paraissait très triste. Je lui ai donc demandé ce qui n’allait pas. 
Voilà sa réponse : 
« J’en ai marre d’être enfermée, je commence à être au fond du trou. Mais il y a aussi autre chose… » 

Une taupe au fond d’un trou c’est normal, mais pour le reste j’ai vite compris le problème. Dans le dernier « courrier électronique » que je vous ai envoyé, je l’ai appelée « Tic » au lieu de « Tip » (vous pouvez vérifier)… Et pour cette taupe aveugle, les fautes d’orthographe ont toujours eu du mal à passer. 

Jean-Pierre, le vieux sage de la bande, a donc tenté de détendre l’atmosphère : 
« Tip, tu ne vas pas faire cette tête toute la soirée pour un « C » à la place d’un « P »… »

Et c’est là que Bobby, toujours à l’Ouest car c’est un anglais, est intervenu : 
« C’est bien ça que je sentais alors ! L’odeur d’un « P » ! ».
Cet apéritif était vraiment en train de partir en cacahuète…
Ça n’avait rien à voir avec notre histoire, mais il avait bigrement raison : une odeur très bizarre de canalisation commençait à se dégager des toilettes. Je suis donc allé voir ce qu’il se passait. Et quand je suis rentré dans les WC j’ai eu une révélation : 
« Tous ces rouleaux de papier toilette ! Mais pourquoi j’en ai acheté autant ? Et pourquoi tous les gens en ont acheté autant ? »

Et bien en allant sur « l’Internet » j’ai encore trouvé la réponse à ma question. Sur un site très sérieux, j’ai appris que les gens avaient décidé de construire des tours majestueuses avec tous ces rouleaux de papier toilette et d’essuie-tout pour rendre hommage à leurs Dieux.
Donc j’ai fait plein de recherches sur les tours. La Tour Eiffel, le Burj Khalifa, la Shanghai Tower, le One World Trade Center, la Tour Montparnasse Infernale, la Lotte World Tower… Il y en a un paquet dans le monde, toutes plus belles et plus grandes les unes que les autres. C’est d’ailleurs un sujet très intéressant que je t’invite à découvrir à ton tour.

Alors voilà ton défi petit bâtisseur : avec tous les rouleaux de papier toilette et d’essuie-tout (neufs, entamés, tubes cartonnés, paquet de mouchoirs si tu veux) stockés dans ta maison, construis toi aussi une tour ou un monument magnifique et imposant ! 
Tu peux faire ce que tu veux : vertical, horizontal, décoré ou non, à l’intérieur, à l’extérieur, avec des petits habitants…
 Et surtout ne gaspille pas le papier, les arbres te remercieront.

JOUR 3 : Salut, ça farte ?


Non mais là quand même !!! On ne s’attendait pas à ça… Vous êtes déjà plus de 50 à être devenus des Bibotes ! Boooom le vilain virus !!! Le BIBOTE TXAPELKETA contamine plus vite que toi et les gens n’ont même pas besoin de se croiser pour se faire avoir. Le virus, tu es nul !

Aujourd’hui, j’ai appelé Monique ma comptable pour savoir s’il fallait que je double les frais d’inscription au BIBOTE TXAPELKETA pour profiter de cette déferlante de Bibotes. Elle m’a répondu que ça ne serait pas forcément utile, car 2 fois 0 était toujours égal à 0. Alors je lui ai répondu : 
« Et beh on a qu’à les tripler les frais d’inscription ! Je veux surfer sur cette vague de célébrité ! Je veux être une star ! Je veux de l’argent ! Je veux m’acheter des bonbons, des jouets, et gaspiller le peu de monnaie qu’il me restera en l’économisant ! ». 
Et puis elle m’a raccroché à la moustache. 
Mais tout ça n’a pas grand-chose avec notre histoire…

Ce week-end, il faisait grand beau temps et j’avais des fourmis dans les jambes ! Il fallait absolument que je sorte de chez moi pour aller faire du sport. Mon pote Carapuce est d’ailleurs sacrément sportif : lui aussi n’en pouvait plus de rester enfermé dans notre petit 20 mètres carrés... Mais avec cette tortue aussi lente que géniale, un petit footing dure toujours des heures et des heures... Hors de question de sortir tout ce temps pendant le confinement !

Alors pour faire plaisir à cette bête aquatique j’ai décidé de l’inviter à surfer. Et vous savez quoi ? À force de se cacher dans le ruisseau d’Olhette (elle ne supporte plus tout ce monde et tout ce béton près des plages…), elle ne se rappelait même plus qu’il y avait une des plus grosses vagues du monde à Urrugne ! 
Allez hop Carapuce ! C’est parti ! Direction Belharra !

Et c’est à cet instant que mon bigophone a sonné…
« Salut Bibote, c’est Briiice !
-Briiice ?
- Oui, Briiice de Niiice !
- Ah salut Briiice ! Ça farte ?
- Non Bibote, ça farte plus depuis aujourd’hui : ils viennent de fermer les plages de Nice.
- Booooo… Mais chez nous tu crois qu’on peut toujours surfer ?
- Les plages ne sont pas encore fermées chez toi, mais l’océan ne veut pas de nous en ce moment. Il faut rester à la maison.
- T’as raison Briiice, on va attendre un peu alors. L’eau sera plus chaude (et les parkings plus pleins…) dans quelques semaines.
- Tchuuuus Bibote !
- Tchuuuus Briiice ! Rendez-vous cet été ! »

En attendant, j’avais promis à Carapuce d’aller surfer Belharra et il était sacrément  déçu… Surfer en plein été au milieu des touristes et dans l’eau polluée ? Il n’était pas venu au Pays Basque pour ça…

Alors voici ton défi jeune Bibote : remonte le moral à Carapuce en lui montrant que même pendant le confinement on peut surfer en restant à la maison ! Prends ta combinaison, ton maillot, une planche, un skate, des draps, une couette, une bâche, des papiers, des crayons, un bac à douche, un robinet… Il y a plein de façon de surfer en évitant de faire grossir la vague des contaminés !

JOUR 4 : Cool Raoult !


Encore une super journée ensoleillée à rester bloqué à la maison… Aaaahhh ! Je vais finir par croire que la Nature nous nargue. Mais vu comment on se comporte avec elle depuis des siècles, elle a peut-être raison de nous taquiner un peu…

Chez nous, il y en a un qui a vraiment de la chance : c’est Bobby. Lui il peut sortir car il doit contrôler les personnes qui ne respectent pas le confinement. Et je peux vous dire qu’il met un sacré paquet de prunes en ce moment ! Ce n’est pas encore la saison mais Bobby ne rigole jamais avec la loi…

En rentrant ce soir, il avait par contre une triste mine et je n’ai pas tardé à lui demander ce qui n’allait pas :
« Et beh Bobby. Tu n’as pas l’air au top, tu es tout pâlichon.
- Non Bibote, j’ai passé ma journée à arrêter des gens qui roulaient à droite. Ils font vraiment n’importe quoi avec ce confinement…
- Bobby, je te rappelle qu’on est en France ici. Chez nous on roule à droite !
- Mais je croyais qu’au Pays Basque…
- Non Bobby. Le Pays Basque c’est la Fran…
Je n’ai pas eu le temps de finir ma phrase quand Bobby m’éternua en pleine moustache !
- ATCHOOOUUUM !!!!
- Bobby, tu tousses ???
- Oui, depuis ce matin. J’ai attrapé froid et j’ai aussi des courbatures.
- Aïe aïeaïe Bobby, tu es peut-être contaminé… Tu as bien réalisé les « gestes barrière » pendant que tu travaillais ?
- Les « gestes barrière » ? S’étonna-t-il. But what do you say Bibote ?
- Les « gestes barrière » c’est porter un masque, se laver les mains régulièrement, ne pas trop s’approcher des gens…
- Ah non j’ai complètement oublié tous ces trucs. Par contre j’écoute Elton John et je bois du thé au citron. Ça marche pour se protéger du virus ?
- Bobby… Tu es vraiment complément à l’Ouest ! »

Il avait beau être à l’Ouest, il était surtout malade notre policier préféré... Il fallait donc le soigner pour ne pas qu’il contamine Tip, Jean-Pierre et Carapuce.

Comme d’habitude, je n’ai pas paniqué et je suis de suite allé sur « l’Internet » pour trouver le médicament contre ce satané vilain virus. Et des informations, j’en ai vu des tonnes ! Pour résumer où on en est avec le traitement : des chercheurs cherchent…
Mais ce n’est pas des chercheurs qui cherchent qu’il nous faut !!! Il faut aller vite !!! Bobby a le nez qui coule et tous nos mouchoirs servent déjà à faire tenir debout notre Tour de Papel !!! Il nous faut des chercheurs qui trouvent !!! Il nous faut des trouveurs !!!

En restant toujours de marbre comme un menhir (j’écoute les conseils de mon pote Jean-Pierre), j’ai eu une sorte de« flash » : 
« Mais bien sûr !!! C’est de la potion magique qu’il faut à Bobby !!! J’appelle de suite l’arrière arrière arrière… arrière-petit-fils de Panoramix !!!»

J’ai donc saisi mon bigophone pour appeler un druide mondialement connu : le Professeur Raoult. J’avais entendu aux informations qu’il avait trouvé un super médicament pour soigner le virus : l’hydroxychlo… Il y avait tellement de lettres dans ce mot que je ne m’en souviens même plus.
  
Mais je me suis vite rendu-compte que quelque chose clochait en voulant taper le numéro de bigophone du professeur Raoult… Car en fait je ne connaissais même pas son numéro de bigophone au professeur Raoult.

Alors voilà ta mission Bibote en herbe : invente une potion magique de druide pour soigner Bobby ! Pour les ingrédients tu peux prendre des fruits, des légumes, des sirops (alimentaires bien sûr), des plantes comestibles, des jus, du lait ; utiliser des presse-fruits, des mixeurs, des blenders… Avec l’aide d’un adulte, à toi de trouver, de goûter, et de nous donner la recette secrète du traitement contre le vilain virus ! 
Bonne dégustation et attention aux effets secondaires ! Surtout si tu commences à voir un chat rose en train de siroter un cocktail à la cool.

JOUR 5 : La Flamme Olympique


Salut les Bibotes !

 Encore une super belle journée aujourd’hui ! Mais encore et toujours enfermés… Roooo… 

Jean-Pierre tente depuis ce matin de mettre de l’ambiance dans l’appartement en nous faisant écouter du Jean-Roch, mais j’avoue que ça commence à nous casser les oreilles. À n’en pas douter Jean-Pierre est un artiste, par contre au niveau musical il a vraiment des goûts très particuliers…

En tout cas, la bonne nouvelle de la journée c’est que nous recevons vos recettes de potions magiques et que Bobby  semble avoir retrouvé du peps avec tous ces cocktails de grands scientifiques !

Hier, une terrible information est venue nous gâcher la soirée… Les Jeux Olympiques de Tokyo sont reportés à cause du vilain virus. Non mais le virus, là tu commences vraiment à être pénible : tu n’aimes pas les enfants, les papys, les mamys, les gens déjà malades, les médecins… Et maintenant, les sportifs ? À force de flotter dans l’air tu commences vraiment à nous le pomper…

Ça fait bientôt 4 ans que Tip se prépare pour les Jeux Olympiques et d’un coup tous ses rêves sont anéantis… Bon, je ne vais pas vous mentir, on faisait tous semblant d’y croire à sa qualification aux Jeux Olympiques parce ce qu’on ne voulait pas la vexer. Mais une taupe aveugle qui veut devenir championne olympique de tir à l’arc parce qu’elle est tombée amoureuse de Legolas en regardant le Seigneur des Anneaux… 
Bref ! Il est hors de question que, comme Tip, nos Bibotes ultra sportifs ne puissent pas participer aux Jeux Olympiques cette année ! 

Alors comme ça le CIO (Comité International Olympique) veut annuler les JO ? Le CIO ? Non mais ici on est à Olhette : ce n’est pas le CIO qui décide, c’est le CQOO (le Comité de Quartier Olympique Olhetard) ! Donc oui jeunes Bibotes, les Jeux Olympiques des Salons et des Jardins 2020 auront bien lieu pendant le Bibote Txapelketa ! Et tous les mercredis soir vous recevrez un défi sportif de haut niveau à réaliser. Mais attention aux contrôles anti-dopage !
Nos Jeux Olympiques des Salons et des Jardins 2020 ça ne sera pas de la rigolade ! On va organiser ça comme des chefs afin de montrer l’exemple à Paris 2024. La première étape sera donc d’allumer la flamme olympique. 

Donc voilà votre mission de demain champions : réaliser une flamme olympique pour l’amener jusqu’à Tip et qu’elle déclare ouverts… LES JEUX OLYMPIQUES DES SALONS ET DES JARDINS 2020 !

JOUR 6 : les Happy Culteurs


Kaixo les Bibotes !

 Le soleil n’est toujours pas en confinement apparemment… Ce beau temps et vos potions ont permis à Bobby de guérir du vilain virus. Encore une défaite cuisante pour le corona ! BIBOTE TXAPELKETA : 5 – VILAIN VIRUS : 0. 

Avec cette magnifique météo je passe mes journées à parfaire mon bronzage sur ma terrasse. Je trouve que ça me réussit plutôt bien, même si je commence à avoir du pollen plein la moustache. J’ai d’ailleurs appris que les moustaches étaient souvent très sales et que ce n’était pas recommandé d’en porter une pendant une épidémie.

Faudrait-il que je me la rase ? Hors de question ! Sans cette moustache le BIBOTE TXAPELKETA n’aurait jamais été inventé ! Alors je la garderai coûte que coûte ! Moustache, ne t’inquiète pas ! Je ne te laisserai pas tomber ! Je l’ai déjà fait avec mes cheveux et ça ne se reproduira plus ! Moustache, on ne se séparera jamais !

On parlant de séparation, je vais vous raconter l’histoire de mon voisin. Et oui, en ces temps de confinement, on ne peut pas rencontrer grand monde à part ses voisins… 
Depuis un petit moment, mon voisin de palier Didier vit une période assez difficile : sa femme Mireille vient de le quitter…
« Salut Didier, ça boume ?
- Pas trop Bibote, j’ai un sacré bourdon en ce moment…
- Toujours à cause de Mireille ?
- Oui Bibote. Je ne m’en remettrai jamais… Mireille !!!
Il éclata en sanglots devant moi. J’étais particulièrement gêné… 
- Didier reprends-toi ! Tu me files le cafard.
- Pourquoi Mireille ! Pourquoi !!! Après tout ce qu’on a vécu ! Notre lune de miel, nos balades au milieu des fleurs ! Jamais je n’oublierai ta taille de guêpe, tes butinages, le « bzzz » de ta voix ! Mireille tu étais ma reine !!!
- Mais Didier, peut-être qu’elle reviendra…
- Revenir ??? J’en doute… Elle m’a quitté pour un frelon asiatique ! Alors certes, il est plus costaud, moins poilu et plus « exotique », mais c’est une bête dangereuse. Je sais très bien que c’est fini, il a déjà dû dévorer son cœur. La dévorer tout court d’ailleurs…
- Didier, si elle est partie c’est que ce n’était pas la bonne. Comme on dit : « une de perdue, dix de retrouvées ». Je crois en toi Didier, tu n’es pas une larve ! Tu vas faire mouche ! Et cette Mireille n’était qu’une c’ruche.
- Non Bibote, Mireille m’a trompé mais tu trompes encore plus. Je vais t’expliquer pourquoi. »

Et Didier me raconta tout : les frelons asiatiques, le dérèglement des saisons, les pesticides, les vols de ruches… Pour le coup, il avait raison : les abeilles sont en voie de disparation et il aura bien du mal à remplacer Mireille.
Ah oui, j’avais oublié : Didier est un bourdon.

Alors voici ton prochain défi jeune Bibote apiculteur : fais en sorte que mon voisin Didier retrouve une âme sœur et le bonheur. Présente-lui des abeilles : des vraies, des fausses, des grandes, des petites, des brunes, des blondes… Il n’est pas question que Didier finisse vieux garçon et qu’on ne retrouve plus que du faux miel dans nos rayons !

JOUR 7 : BFM TV (1)


Bonsoir amis Bibotes !

Une nouvelle semaine se termine. Et quelle semaine ! Une session de surf à Belharra, la découverte du remède contre le vilain virus, l’ouverture des « Jeux Olympiques des Salons et des Jardins 2020 »… Mais quelle aventure ! Quelle actualité !

Bientôt le monde découvrira le « BiboteTxapelketa » et ça sera grâce à vous ! Sans vous, sans toi mon public, je ne serai rien ! Vote pour moi public adoré ! Public, je te promets le bonheur ! Le Bonheur avec le grand « B » de « Bibote » ! 

Il était une fois à l'entrée des artistes, un petit garçon blond au regard un peu triste. Il attendait de moi une phrase magique… Je lui dis simplement, si j'étais Président :
« Si j'étais Président
Si j'étais Président de la République
Jamais plus un enfant n'aurait de pensée triste
Je nommerais bien sûr Mickey premier ministre
De mon gouvernement, si j'étais président
Simplet à la culture me semble une évidence
Tintin à la police et Picsou aux finances
… » 

Non mais je commence à chanter du Gérard Lenorman ou quoi ??? Il est grand temps que le weekend arrive car je crois que je suis fatigué…
Tout ça c’est à cause de cette chaîne d’infos. J’en suis devenu complètement accroc... Le matin, le midi, l’après-midi, le soir, la nuit… Elle ne s’arrête jamais et on y voit en boucle des gens qui parlent très bien pour ne rien dire. Une crise économique par-ci, un vilain virus par-là… Que des mauvaises nouvelles ! Qu’est-ce que c’est cette planète sur laquelle il ne se passe que des trucs tristes ? Et les bonnes nouvelles? La guérison de Bobby, la quiche de Renard Rusé, le prochain rencart de Didier... Personne n’en parle ?

Comme me dirait Jean-Pierre avec son accent anglais impeccable (car oui, Jean-Pierre savait parler Anglais qu’il existe des Anglais) : 
« Tout ça, c’est des « fake news »… »
Des « faqueniouses » ? Et beh je préfère des « faqueniouses » qui donnent le sourire que des « trouniouses » qui mettent au fond du trou. Et moi aussi j’ai un super accent anglais parce que je regarde la série « Plus belle la vie » en version originale.
La Normandie et maintenant la Provence ? Il est vraiment temps de rentrer à Olhette... 

Alors voilà ce que je te propose jeune Bibote reporteur. Tous les vendredis, ton défi du weekend sera de me présenter une petite information rigolote (vraie ou fausse) sur ce que toi et ta famille avez vécu pendant la semaine de confinement. L’objectif sera de créer notre propre chaîne d’informations : « BiboteFM TV » (BFM TV). 
Tu pourras présenter ton information sur un article de presse ou sur un petit reportage de journal télévisé (avec un présentateur, des envoyés spéciaux, des invités…). Mais attention ! Pour capter l’attention des Bibotes et qu’ils restent scotchés devant leurs écrans, il faudra du rythme ! Alors ton reportage ne devra pas dépasser une minute.

Sans transition, bon weekend à tous !

JOUR 8 : Retour vers le Futur


Non mais aujourd’hui ça ne va pas du tout ! Amis Bibotes, j’ai vraiment besoin de vous.

Nous avons reçu jusqu’à samedi les photos des prétendantes pour Didier. Alors pour fêter la probable fin de son célibat, nous avons décidé de faire son enterrement de vie de bourdon en organisant une soirée pollen ! Du miel, de la gelée royale, des nectars de fleurs en pagaille, des musiques des années 80 : en ce dernier weekend de Mars, notre fiesta battait son plein ! 

Et d’un coup, sans trop savoir pourquoi, j’ai eu une révélation :
« Et l’équipe, vous savez quoi ? Cette nuit on change d’heure !
- Oh non !!! Alors on aura une heure en moins pour faire la fête ??? Me répondit Bobby en recrachant une chaussette…C’est tout Bobby ça : dès qu’il commence à faire la fête, il pique et mange les chaussettes des gens en se mettant son slip sur la tête.
- Mais non, on aura surtout une heure de confinement en moins ! Et vous savez ce que ça veut dire ? 
- Qu’on aura toujours une heure en moins pour faire la fête ! Alors lâche-nous avec tes histoires de pendules !!! » Cria Bobby en remangeant sa chaussette.
Bobby est complètement à l’ouest, il me désespère…  

Je me mis donc à chanter encore pour fort et plus faux que Franky Vincent pour que tout le monde m’écoute enfin :
« Tip, Jean-Pierre, Carapuce, Didier, et surtout Bobby, maintenant vous allez m’écouter !!! J’ai trouvé la solution pour enfin le raccourcir ce confinement !!! »

Bobby recracha à nouveau sa chaussette... Elle tomba pleine de bave à côté de Tip (qui avait passé la soirée à nous demander d’écouter du Gilbert Montagné…). Je pus enfin commencer mon exposé scientifique :
«Pour voyager dans le temps, il faudrait une réaction nucléaire de 2,21 Gigowatts afin de générer un convecteur temporel. Mais nous n’avons pas de plutonium à la maison, alors on va juste essayer d’avancer notre pendule de deux heures. Comme ça, d’après mes calculs savants, on n’aura pas une, mais deux heures de confinement en moins !
- Mais alors on aura deux heures en moins pour faire la fête ??? Reprit Bobby en réajustant son slip sur la tête.
- Bobby… Maintenant enlève ce slip, tais-toi, et rends-moi ma chaussette. »

Je saisis donc l’horloge de mon appartement pour l’avancer de deux heures. Mais, allez savoir pourquoi, un grand « Vis, sous l’équateur du Brésil ! » s’échappa à ce moment précis de ma chaîne Hi-Fi… 
Aussitôt, Tip fit un grand saut en avant en s’écriant : 
« Enfin du Gilbert Montagné ! Entre Cuba et Manille ! À l’heure d’été c’est facile! Carapuce, prends-moi la main viens danser !!! »

Mais en retombant, elle posa ses pattes sur la chaussette pleine de bave recrachée par Bobby et vint s’écrouler de tout son poids contre moi. L’horloge que j’avais en mains tomba sur le sol, complètement cassée. Encore une soirée qui partait en cacahuète, il était vraiment l’heure d’aller se coucher…

En me réveillant le lendemain matin je m’aperçus que Tip, Bobby, Jean-Pierre, Carapuce et Didier n’étaient plus là. Comme à mon habitude, j’ouvris ma fenêtre pour prendre un grand bol d’air frais. Et là… catastrophe ! L’air était irrespirable, des voitures volaient dans le ciel, une grande tour en béton avait remplacé la Rhune et l’eau de la Nivelle était violette. 
Non de Zeus !!! En cassant mon horloge, le temps s’était écoulé à la vitesse des sunlights des tropiques et j’étais bloqué dans le futur !

Alors voilà ta mission apprenti Bibote : fabrique-moi une machine à remonter le temps pour que je retrouve le présent. Mais si tu échoues, fais au moins en sorte de changer le passé du futur tout moche dans lequel je suis emprisonné…

À plus tard… beaucoup plus tard !

JOUR 9 : Objectif Rhune


Salut les Bibotes ! 

J’espère que vous allez bien et que vous avancez dans la fabrication de vos machines à remonter le temps. Je ne compte pas rester en 3020 pendant des mois et je vais vous raconter pourquoi.

Mon voyage dans le futur se poursuit. J’ai complètement perdu la trace de Tip, Bobby, Carapuce et Didier, mais j’ai retrouvé Jean-Pierre. Et vous savez quoi ? Il n’a pas pris une ride ! Il faudra vraiment qu’il me donne la marque de sa crème antivieillissement car, vous le croirez ou pas, ça fait des millions d’années que le visage de ce vieux caillou n’a pas changé ! (apparemment ça serait « La Roche Posée » mais la pub est interdite…)

En tout cas, crème hydratante ou non, le futur n’est pas vraiment réjouissant : du béton et du bitume à perte de vue, des grands panaches de fumée au-dessus d’une ville géante qui a recouvert toute la campagne, des fausses forêts minuscules d’arbres en acier dont les feuilles ont été remplacées par des petits panneaux solaires pour alimenter les batteries de voitures… On dirait que les animaux et la couleur verte ont disparu ! Ah non, le vert existe encore :toutes les personnes que je croise dégustent une espèce de mixture verte fluo toute gluante qui leur arrive directement dans la bouche par un tuyau relié à une sorte de téléphone portable. J’arrête là car vous allez broyer du noir…

Oh et puis non, je continue. En 3020, les gens ne se parlent plus et se font des signes bizarres avec leurs pieds et leurs coudes. Leur regard est constamment rivé à un écran qui leur fait face en étant fixé sur leurs épaules. D’ailleurs, leurs yeux sont cachés derrière de grandes lunettes rouges qui les protègent de rayons du soleil de plus en plus dangereux à mesure que l’épaisseur de la couche d’ozone se réduit. Franchement, tout ça fait très très peur !

Mais le plus étonnant, c’est cette histoire de Rhune remplacée par un immense bâtiment en béton. Comment était-ce possible ?Et bien pour le savoir, j’ai décidé d’aller voir le dernier pottok encore vivant en 3020. Il vivait dans le nouveau zoo d’Olhette…
«  Salut pottok, moi c’est Bibote d’Haricot (vert, rouge ou blanc) ! Tu t’appelles comment ?
- Heuuuu… Je n’ai pas de prénom.
- Tu n’as pas de prénom ? Et beh je vais t’appeler Raymond. Tes ancêtres aimaient les pentes escarpées et Raymond c’est un prénom de grimpeur! Alors Raymond, cette Rhune, où est-elle passée ?
- Raymond ? Ça sonne bien ! Ça me donne envie d’escalader des cols !
Bibote, je vais te raconter ce que mon grand-père a raconté à mon père et que mon père m’a raconté à son tour…
Il y a des centaines d’années, à force d’utiliser du sable pour faire du béton, les hommes du futur ont petit à petit vidé les océans. Mais du sable il en fallait encore et toujours pour construire des bâtiments. Alors ils ont (comme d’habitude) eu une idée super géniale : après la mer, la montagne.
Pour récupérer du sable, les hommes ont commencé à faire des grands trous dans les montagnes. Mais à force de trouer, encore trouer, et re-trouer la Rhune, un jour… patatras ! Elle s’écroula ! Alors les responsables de ce désastre décidèrent de lui rendre hommage en construisant une immense tour grâce à du béton produit avec le sable des roches concassées par son éboulis… Ils sont un peu bizarres les hommes non ?
Et petit à petit, tous mes ancêtres disparurent car ils n’étaient pas faits pour vivre dans un immeuble.
- Je suis bloqué depuis plus de deux semaines dans mon appartement et je les comprends ! Mais alors Raymond, tu n’as jamais vu la Rhune ???
- Et non Bibote… Je n’ai jamais vu la Rhune. Ni aucune autre montagne d’ailleurs…
- Raymond, tu sais quoi ? Je vais essayer d’arranger ça ! »

Alors voilà votre nouvelle mission les artistes : avant que je ne rentre dans le présent, Raymond devra découvrir grâce à vous la beauté des paysages qu’ont connus ses lointains ancêtres. Avec des crayons, des pinceaux, une maquette ou un appareil photo, essayez de m’envoyer les plus belles images possibles des montagnes d’Olhette !

JOUR 10 : Les petits Bob Jackson


Egun on les Bibotes !

Mission accomplie : me revoilà à la maison ! Grâce à vos engins ultras sophistiqués j’ai trouvé une super idée pour revenir dans le présent. Après avoir montré à Raymond les images des magnifiques montagnes surplombant Olhette, nous avons entamé une grande discussion sur la vie dans nos époques. 

Il m’a alors raconté qu’il existait en 3020 des sortes de tunnels dans le ciel qui permettaient aux avions de faire des voyages autour du monde en seulement quelques secondes. Ces tunnels se nommaient les« Trous de Ver ». Une légende racontait que si on les traverser en dépassant la vitesse de la lumière, nous pouvions voyager dans une sorte de truc qui s’appelait « l’espace-temps ». Vous ne comprenez rien ? Ce n’est pas grave, Jean-Pierre lui a tout compris… Et avec les plans de vos machines, il a réussi à construire une sorte de fusée qui nous a permis d’atteindre une vitesse d’environ 300 000 kilomètres par secondes ! En passant avec cette vitesse dans un de ces tunnels bizarres nous avons atterris à l’aéroport de Biarritz en 2020 ! 

Evidemment, comme l’aéroport est quasiment à l’arrêt pendant le confinement, personne ne nous a vu rentrer à la maison. Et personne ne croira mon explication. Mais tant pis, Albert Einstein avait la même moustache que moi et nous sommes le premier avril : voilà qui prouve scientifiquement que je ne vous mens pas...

Attendez, c’est mercredi aujourd’hui ? Et oui, c’est le premier jour des Jeux Olympiques des Salons et des Jardins 2020 ! Il faut de suite que je prévienne Tip !
« Hé Tip, c’est le grand jour ! Tip ! Tip, où es-tu ? Tip ? Tip ?  Tiiiiippp !!!
- Oh Bibote, ça va laisse-moi !
- Mais quoi Tip ? Ça y’est, c’est aujourd’hui que la compétition de ta vie démarre ! Tu vas enfin pouvoir partir à la chasse aux médailles avec ton arc et tes flèches !
- Non Bibote : les Jeux Olympiques des Salons et des Jardins sont finis pour moi.
- De quoi ??? Mais pourquoi ?
- Legolas m’a brisé le cœur : il est amoureux de Gimli. Je les ai croisés à la boucherie : ils allaient y acheter du jambon d’Orque en se tenant par la main… Je suis dévastée ! Et j’ai noyé mon chagrin dans des schokobons… J’en ai tellement mangé en ton absence que je suis devenue grasse comme un loukoum. J’ai honte de moi Bibote... Regarde-moi : je suis grosse !!! Je serais une marmotte avant son hibernation d’accord. Mais moi je n’hiberne pas et je n’arriverai jamais à redevenir une taupe modèle avec tout ce gras… 
- Tip, tu dis n’importe quoi. Tu crois que pour faire du tir à l’arc il faut que tu sois taillée comme un fil ? Vous les femmes, vous ne pensez qu’à votre poids…
- Bibote, il est hors de question que je participe aux JO en étant dodue ! Si Legolas me voit dans cet état, jamais il ne voudra quitter Gimli pour venir vivre avec moi.
- Tip, je crois vraiment que tu as passé trop de temps avec Bobby pendant mon absence… Mais ce n’est pas grave : tu veux maigrir, alors tu vas maigrir ! Je connais les meilleurs coachs du monde !!! »

Voilà donc votre nouvelle mission les champions : il va falloir que vous fassiez transpirer Tip pour qu’elle élimine tous les schokobons superflus de son chagrin d’amour. Vous aurez une minute maximum chacun pour lui présenter des petits exercices de fitness que vous aurez inventés avec des objets de la maison (des bouteilles, des balais, des ballons…). 
Attention ! Tip n’aura aucune excuse pour tricher et vous n’êtes pas là pour lui faire des cadeaux ! 

JOUR 11 : Magnum


Kaixo les Bibotes !

Tip vous déteste ! C’était plus facile de manger des schokobons ! Oui, mais ça c’était avant qu’il fallait y penser… Tip veut être la reine des podiums alors elle doit continuer à transpirer ! « No pain, no gain » !
« En haut ! En bas ! Allez ! Allez ! Plus vite ! Le dos droit ! Serre les fesses Tip ! 1,2 ! 1,2 ! »

Ne vous inquiétez pas, Tip va bien. Elle est en train de se tonifier et sera bientôt aussi dure que Jean-Pierre ! Tip la dodue c’est de l’histoire ancienne et c’est grâce à vos méthodes d’entraînement révolutionnaires ! Amis Bibotes, vous êtes vraiment des sacrés chefs !!!

Depuis mon retour dans le présent, je suis par contre un peu tracassé… J’ai remarqué que certains Bibotes ne me donnent plus de signes de vie. Pas de photos, pas de vidéos, pas de messages : que se passe-t-il ? Auraient-ils aussi disparu dans le futur en passant à l’heure d’été ? 
J’ai décidé de mener l’enquête… Et quand je mène une enquête, je ne fais jamais les choses à moitié pour faire craquer les filles! Vous savez pourquoi ? Parce que j’ai une moustache de bonhomme et qu’elles adorent les chemises hawaïennes! 

Pour être sûr de retrouver tous mes potes Bibotes, j’ai donc pris mon hélico de frimeur et j’ai survolé Olhette tout l’après-midi. Mais voler ça creuse et il fait sacrément chaud dans la cabine de pilotage… Il fallait absolument que je mange une glace avant de rentrer à la maison !
J’ai toujours adoré ces énooooormes glaces au chocolat qui fondent et qui coulent le long des doigts avant même qu’on ait pu en manger la moitié. Miam ! C’est trop trop bon !

Mais avec le confinement, je me doutais bien que tous les vendeurs de glaces étaient fermés… Alors j’ai décidé de continuer mon petit tour d’hélicoptère pour aller voir les glaciers des Pyrénées et me préparer une glace 100% naturelle !
Et j’ai cherché, cherché, et encore cherché… Non mais c’est quoi ce bazar ! On est à peine au début du mois d’Avril et il ne reste plus un seul glacier dans les Pyrénées ? Jean-Pierre m’avait pourtant raconté qu’il partait tous les ans en vacances dans la montagne depuis des millénaires et qu’il y avait des glaciers partout ! Il va falloir que j’aille dans les Alpes ou quoi ? Pfff, avec ce satané confinement, impossible de faire un si long voyage… 
Je suis donc rentré chez moi. Sans avoir retrouvé un seul Bibote disparu, ni même mangé une glace... Quelle après-midi gâchée… 

Alors voilà votre mission du jour les Bibotes: les glaciers de nos montagnes sont en train de disparaître, mais il est hors de question qu’on ne puisse plus manger de glaces. Petits chefs, à vous de jouer ! Sucrée, salée, au chocolat, à la vanille, aux fruits, en pâte à modeler, en pot, en bâtonnet… Une bonne glace « maison » c’est super simple à préparer !

JOUR 12 : BFM TV (2)


Egun on les Bibotes !

Une nouvelle semaine de confinement se termine sous le soleil et un sacré weekend s’annonce ! C’est officiel : la Nature joue avec nos nerfs ! Elle nous nargue ! Elle nous provoque ! Mais qu’elle profite bien de cette petite accalmie… Bientôt le confinement ne sera que de l’histoire ancienne et on repartira au combat avec nos camions, notre charbon, nos avions, notre béton… Et tout ce que nos cerveaux pourront continuer à inventer pour créer de la pollution ! Contre nous, tu as perdu d’avance vilaine Nature ! 

Mais qu’est-ce que je raconte encore ? Oooooh, il est vraiment temps de prendre un peu de repos et de manger une glace pour faire refroidir la chaudière que j’ai dans la tête.

En parlant de glace, j’ai encore appris un truc super intéressant grâce à Jean-Pierre. Depuis des millions d’années, tous les vilains virus « qui embêtent le monde » sont jugés par Mère Nature dans un tribunal spécialisé en virus « qui embêtent le monde ». Leurs condamnations sont toujours très lourdes et sans appel : enfermés à perpétuité au fond de prisons glacées dans les régions les plus froides de la planète.

Dans ces prisons de haute sécurité, il est normalement impossible de s’échapper grâce à des murs de glace de plusieurs dizaines de mètres d’épaisseur ! Impossible ? Non, rien n'est impossible à la mauvaise volonté de l'Homme. Car, sans vraiment le savoir (mais en le sachant un peu quand même), nous avons petit à petit fait en sorte que ces murs deviennent de moins en moins épais... 

Mais comme on se rendait compte qu’on allait devenir les complices de la future évasion de tous ces vilains virus, on a pris une très grande décision ! Pour refroidir notre planète et arrêter de faire fondre la glace qu’elle abrite, les hommes ont décidé d’allumer toutes les climatisations de la Terre, et de faire tourner, rouler, voler ou flotter le plus de machines possible afin de créer des courants d’air dans son atmosphère ! Malin non ? C’est la « Technique du Ventilateur » ! D’ailleurs cette méthode marche tellement bien que la Nature a décidé de nous aider à « ventiler » en multipliant les tempêtes ! Mais en attendant que tout cela fasse effet, la glace continue à fondre...
 
Mais tout ça on s’en fiche parce que c’est le weekend !!! Et donc, jeunes Bibotes, c’est à vous de jouer ! Actualité, sport, débats, cuisine, cinéma, zapping, publicités… Vous êtes à partir de ce soir les responsables des programmes de BFM TV ! J’espère que vous êtes inspirés !

Bonne fin de semaine les petits journalistes et portez-vous bien !

JOUR 13 : L’Hôpital de Campagne


Salut les Bibotes !

La quatrième semaine du confinement démarre et j’ai la patate ! Et vous savez pourquoi ? Parce que je me suis rendu-compte qu’on pouvait attraper des gros coups de soleil en restant à la maison ! Il suffit juste de s’allonger sur sa terrasse tout un après-midi sans mettre de crème solaire, et le tour est joué ! 

J’ai d’ailleurs croisé Didier ce weekend ! Tout se passe bien avec sa nouvelle dulcinée. Ils profitent de la quiétude animale pendant le confinement pour passer leurs journées à butiner dans les prairies et les champs.

Aaaaah la campagne ! Il n’y a rien de plus beau que les campagnes ! C’est peut-être pour ça qu’on est en train d’y bâtir à la va-vite des hôpitaux. Je ne sais pas… Mais en tout cas je n’entends que ça depuis une semaine : un hôpital et campagne par-ci, un autre par là… J’ai l’impression qu’il en pousse comme des champignons. Il me fallait donc une explication… C’est quoi cette histoire d’hôpital de campagne ?

Alors j’ai posé la question à Bobby. Depuis qu’il a été guéri du coronavirus grâce à vos potions magiques, il s’est passionné pour la médecine et il est aujourd’hui à la pointe des sujets portant sur la santé…
« Dis-moi Bobby, c’est quoi un hôpital de campagne ?
- Un hôpital de campagne ? C’est super simple ! Je vais te raconter une histoire…
Il était une fois deux rats : un rat de la ville et un rat des champs. Le rat de la ville avait de magnifiques dents, à l’inverse de celui des champs… 
Le rat de la ville était un rongeur pressé. Il se levait tous les matins et partait travailler dans les bureaux de sa « start-up » en faisant bien attention de ne pas marcher sur les crottes qui tapissaient les trottoirs. Imagine la taille d’un rat par rapport à celle d’une crotte de chien ! C’était un coup à repartir à la douche tout habillé.... 
Ce rat de la ville avait monté une application de géolocalisation de dents de lait qu’il vendait aux souris du monde entier. Fort de sa réussite professionnelle, il était devenu très arrogant. Son sourire carnassier en disant long, en faisant entrevoir ses magnifiques dents…
Mais un jour, il croisa la route d’un chat de gouttière. Le gros matou l’attaqua ! Le rat, blessé au plus profond de sa chair, dut donc partir dans un hôpital de ville pour se faire soigner. 
Le rat des champs était quant à lui un rongeur plus tranquille. Il se levait tous les matins et partait jouer au ballon avec ses copains. Il jouait, jouait, jouait… Il n’avait pas beaucoup de qualités, mais petit à petit il commença à progresser et il devint un sacré joueur de ballon !
Et c’est ainsi qu’il gagna la Coupe du Monde et la Coupe d’Europe! En étant joueur, mais aussi entraîneur de l’équipe de France! Cependant, il resta toujours humble malgré ses succès, et attendit longtemps pour se refaire les dents…
Mais un jour, il croisa la route d’un chat sauvage de la forêt. Le gros matou l’attaqua ! Le rat, blessé au plus profond de sa chair, dut donc partir dans un hôpital de campagne pour se faire soigner.
Voilà, c’est fini.
- Bobby, elle tombe à plat ton histoire ! Mais alors c’est quoi la différence entre un hôpital de ville et un hôpital de campagne ?
- La différence ? Aucune idée… Parce contre j’adore cette histoire, parce que nous les anglais on est des grands fans de foot !
- Bobby… Tu es vraiment complètement à l’ouest. »

Et avec tout ça, je n’avais toujours pas eu ma réponse… 

Alors voilà ta mission jeune Bibote ! Tu vas devoir me montrer ce que c’est qu’un hôpital de campagne. Une tente, des lits, des docteurs, des infirmières... À toi de monter ton propre hôpital à la maison pour rendre hommage aux vaillants soignants qui aident les malades à guérir du virus !

JOUR 14 : La Macarena


Kaixo les Bibotes !

Mais qu’est-ce c’est que ces prévisions météo ??? Il va encore faire beau et chaud toute la fin de la semaine et on va devoir rester enfermés… Ne craquez pas les amis ! On va tenir et on gagnera cette « guerre » ! Vous êtes des « guerriers » !!!
Faites-moi voir votre tête de guerrier !!! Vous avez une tête de guerrier ??? Non ? Aaaaaaaah !!! Ça c’est une tête de guerrier !!! Allez, faites-moi voir votre tête de guerrier !!!  Tiens c’est bizarre, ça me rappelle un film…

Notre Président le répète assez : « Nous sommes en guerre ».  Et cette « guerre » elle est quand même beaucoup plus confortable que celle qu’ont vécue nos papys et nos mamys. Pas besoin de courage et de fusils, juste un peu de patience suffit… Trop facile cette guerre ! Alors ça serait dommage qu’on la perde en commençant à faire n’importe quoi parce que l’été pointe le bout de son nez en avance… Il faut aider les vrais soldats ! Les infirmières, les policiers, les médecins, les gens qui travaillent encore dans les magasins… 
Aupa à tous !!! Aupa les Bibotes !!! On continue à se « battre » en restant à la maison !

J’ai d’ailleurs entendu que le Président Macron allait bientôt nous parler pour nous expliquer la suite des opérations. Carapuce adore quand les allocutions du Président passent à la télévision ! Chaque fois qu’elle entend Emmanuel Macron, elle se met à danser devant l’écran. C’est un peu gênant, mais elle est passionnée de lambada… Alors on la laisse s’entrainer pendant que nous écoutons attentivement notre Président.
Mais à force de la voir gesticuler avec ses bras devant monsieur Macron, j’ai commencé à m’interroger… Je ne suis pas un spécialiste de lambada, mais pourtant j’en suis sûr : la lambada, ça ne ressemble pas du tout à ça !

Alors aujourd’hui  je me suis enfin décidé à poser la question à ma pote Carapuce :
« Hé Carapuce, je suis allé voir sur « l’Internet » une vidéo de lambada. Tu es sûre que tu sais vraiment la danser ?
- Bien-sûr Bibote ! J’ai fait des stages de lambada, devalse, de hip-hop, de salsa, de tango, et même de carioca ! Je suis la meilleure danseuse de tout le ruisseau d’Olhette !
- Mouais… Mais pourtant tu fais des gestes bizarres avec tes bras quand tu danses devant le Président Macron. C’est pas comme ça la lambada… On dirait surtout que tu danses… la MAAACAAAREEENAAA ! Dale a tu cuerpo alegría Macarena !!! Que tu cuerpo es pa' darle alegría why cosa buena !!! 
- Pfff… Bibote, je crois qu’avec le coup de soleil que tu as pris sur le crâne ce weekend tu es devenu complètement zinzin ! Je ne danse pas la macarena, j’apprends le langage des signes en reproduisant les mouvements de la dame derrière le Président !
- Aaah oui ! Le langage des signes pour les sourds et les malentendants ! Oh le nuuul… »

Carapuce avait raison… Il faudrait vraiment que je m’entraîne au langage des signes pour réussir à comprendre un discours du Président Macron en écoutant la macarena à fond dans mon salon !
 
Donc voilà votre prochaine mission jeunes Bibotes : à vous d’apprendre rapidement le langage des signes pour envoyer des petits messages vidéos à tous les gens qui n’ont pas la chance de pouvoir écouter les oiseaux chanter ! 

JOUR 15 : Et pis c’est tout !


Amis Bibotes, l’heure est grave ! Le soleil commence à être très insolent… Il va falloir qu’il se calme rapidement et qu’il rentre chez lui. Donc lui il a le droit de rester dehors toute la journée depuis quasiment un mois ? Mais que fait la police ? 
« Hé le soleil, tu as une dérogation permanente de sortie ou quoi ? Pourquoi toi et pas les nuages ? » Même dans le ciel, certains ont plus de chances que d’autres apparemment…

Soleil ou pas, c’est mercredi aujourd’hui ! Et le mercredi c’est le jour des Jeux Olympiques des Jardins et des Salons ! Et avec cette chaleur estivale et ce soleil de plomb, Carapuce n’a plus qu’une envie : aller nager ! Mais il y a un problème : toutes les piscines municipales et les plages sont fermées ! Imaginez-vous son état… Oui, c’est véritable une torture : un animal aquatique qui n’a plus le droit de se baigner ???

Je dois bien vous l’avouer, Carapuce commence à avoir le moral en berne… Comme vous le savez, les Pokémons sont japonais et elle se préparait depuis des années pour essayer de se qualifier aux Jeux Olympiques 2020 à Tokyo. Mais depuis un mois, toutes les pistoches sont fermées. Alors impossible de s’entrainer et de faire des compétitions…
L’odeur du chlore, les cheveux dans les pédiluves, les jolis bonnets, les maillots qui serrent, les lunettes qui prennent l’eau, s’amuser à rattraper les baigneurs pour leur gratter les pieds ! Voilà les vraies passions de Carapuce !

Ah non, elle en avait aussi une autre… Les Harley Davidson ! Et c’est même grâce à la moto qu’elle a commencé la natation de haut niveau...
Quand elle est arrivée à Olhette, elle ne connaissait quasiment personne (et elle n’avait d’ailleurs besoin de personne). Elle passait donc ses journées à se balader entre la Rhune et la Corniche avec son Harley Davidson ! Toutes ses journées à plus de cent la carapace dans le vent ! Et tous les soirs, elle partait avec sa seule copine, Brigitte, dans un petit « bar d’eaux » au bord du ruisseau d’Olhette. 
Dans ce bar, on ne servait que de l’eau : pétillante, sucrée, salée, minérale, du robinet… Le patron était une sorte gros malabar en marcel qui zozoter. Et il faisait très attention à ses clients : pour ne pas qu’ils boivent trop, il limitait leur consommation à deux verres d’eau. Et pis c’est tout ! 

À force de voir Carapuce dans son « bar d’eaux », ils commencèrent à sympathiser. Il faisait un peu peur ce monsieur avec tous ses tatouages, ses bijoux et ses gros biscottos… Mais il était en fait très sympathique :
«  Et toi la tortue qui traîne avec Brizitte, tu nazes aussi vite que roule ta moto ?
- Heu, je ne sais pas trop…
- Quoi « tu sais pas trop » ? Tu nazes combien de kilomètres par zour,  quinze ou vingt ?
- Je ne nage pas monsieur, je fais de la moto.
- Moi c’est pas monsieur dézà, c’est « Fifou ». Et maintenant ze veux que tu arrêtes de faire de la moto. Moi aussi z’en faisais de la moto. Mais depuis qu’il faut mettre un casque, z’ai arrêté parce que c’était très mauvais pour mes zeuveux. Z’en ai même un qui m’a poussé sur la langue…
- Mais alors vous faites quoi maintenant monsieur ?
- Moi c’est pas monsieur dézà, c’est « Fifou » ! Ze suis entraîneur de natation ! Et ze peux te dire qu’avec moi tu vas devenir une zampionne !
- Une « zampionne » ??? C’est quoi ça une « zampionne » ?
- Mais non ! Pas une « zampionne », une « ZAM-PI-ONNE » ! Tu veux gagner des médailles ? Tu veux faire les Zios ?
- Les « Zios » ??? »

Tout a démarré comme ça… Et grâce au coach Fifou, Carapuce est devenue une vraie sirène des ruisseaux et bassins ! Mais depuis un mois, elle ressemble plus à une sardine à en boîte... Et il faut que ça cesse ! Il est hors de question qu’à cause du confinement elle rate sa qualification pour les prochains Jeux Olympiques de Tokyo !

Alors voilà votre nouvelle mission jeunes Bibotes : à vous de trouver des moyens pour que Carapuce puisse continuer à s’entrainer à nager en restant enfermée à la maison !

JOUR 16 : 1001 Pâtes


Salut les Bibotes !

Je ne vais pas y aller par quatre chemins aujourd’hui en parlant de la météo. Vous n’avez pas remarqué ? Dès que des gens n’ont pas grand-chose à dire, ils parlent du temps… Alors que moi j’en ai plein de choses à dire !!! Par exemple aujourd’hui : vous avez le temps qu’il fait ! Franchement c’est incroyable cette météo ! Il fait beau, il fait chaud ! C’est génial !

Non mais attendez ? Je ne suis pas encore en train de vous parler de la météo ? Ooooh, je recommence à perdre la tête… C’est sûrement à cause de cette chaleur. Quand j’ai chaud, je raconte n’importe quoi. Allez hop ! Avant de poursuivre mon petit texte je vais me rafraîchir un peu en me mettant la tête dans le frigo.

Mais il est complètement vide ce frigo ! Oh non c’est pas possible… Je n’ai plus rien à manger à part des pâtes ! Ce soir ça sera donc des pâtes avec des pâtes… Des pâtes, des pâtes et encore des pâtes… J’ai une réserve stratégique de pâtes alimentaires dans mes étagères. Demain direction le « magasin » pour aller refaire des provisions de sauce bolognaise. 

En parlant de magasins, j’ai encore appris quelque chose de très surprenant sur « l’Internet ». Certains magasins sont en train de réfléchir à la mise en place d’un sens de circulation unique dans leurs rayons pour éviter que les gens se croisent en faisant leurs courses et se transmettent le vilain virus. Mais pour moi ça risque d’être quasiment impossible de respecter ce nouveau code de la route ! 
Je fais toujours mes courses sans liste et je passe mon temps à faire des allers-retours dans les rayons… Attention ! Je ne perds jamais de temps car ma technique est très bien rodée : je file tête baissée et je n’hésite jamais car je fais confiance aux phéromones, comme le font les fourmis. Mon chemin n’est pas forcément le plus court, mais c’est toujours le plus rapide ! Et je remplis tellement mes caddies, qu’ils font parfois 1000 fois mon poids ! Je n’exagère même pas...

Bien sûr que j’exagère, c’est impossible de porter 1000 fois son poids. Même avec une moustache... Mais quand on a trois paires de pattes, deux antennes et qu’on est une fourmi, pas besoin de moustache ni de musculation. Les fourmis sont les insectes les plus costauds du monde ! Si l’une d’entre elles faisait la taille de vos parents, elle pourrait être capable de soulever un camion toute seule ! Et là, je n’exagère pas ! Les fourmis sont des vraies championnes ! Des machiiines !!!

Malheureusement, comme d’habitude les hommes sont jaloux. Au lieu de récompenser ces grandes travailleuses, on les punit avec des produits chimiques… Mais aujourd’hui on va leur rendre hommage avec l’aliment numéro 1 des grands champions : les pâtes ! 

Alors voilà votre défi du jour jeunes Bibotes : avec toutes les pâtes dans vos étagères, il va falloir que vous réalisiez les plus grandes fourmis du monde ! Attention ! Il vous faudra beaucoup de patience et de minutie, ça va être un vrai travail de fourmi !

JOUR 17 : BFM TV (3)


Egun on les Bibotes !

Et une semaine de plus… En attendant le discours de notre Président lundi soir. Ne vous croyez pas sortis d’affaire : le confinement risque de durer encore longtemps ! Mais il faut garder le moral car ses premiers effets commencent à se faire sentir ! Le vilain virus recule et de moins en moins de personnes se font contaminer ! La bataille n’est pas finie mais chaque jour qui passe nous rapproche de la victoire !

Par contre, les effets du confinement se font aussi sentir sur la contagion du « BIBOTE TXAPELKETA »… Vous n’avez pas remarqué : de moins en moins de Bibotes, et de plus en plus de retards et d’impasses… Aïe, aïe, aïe ! Mais que voulez-vous, c’est le destin de beaucoup de choses dans notre société moderne. Les personnes ont beaucoup, beaucoup, beaucoup d’occupations, et la fidélité devient rare car les sollicitations sont partout !

Mais moi, Biboted’Haricot (vert, rouge ou blanc), je vais essayez d’arranger ça !!! Le « BIBOTE TXAPELKETA » ne devra jamais devenir tout raplalpla !!! Et son rebond passera par vous mes potes Bibotes !!!
 
Tout ça me rappelle étrangement l’histoire d’un de mes meilleurs amis : Jean. Jean est un extraterrestre venu tout droit d’une lointaine planète nommée « Sdalen ». Dans cette planète, tous les gens s’appellent « Jean » et sont des grands voyageurs cosmiques. Ces étranges habitants n’ont qu’une ambition : découvrir de nouveaux mondes à travers les galaxies. Et des mondes et des planètes,Jean en avait découvert un paquet depuis le début de sa vie !

Il y a quelques années, il découvrit la plus belle de toutes : la planète « Kidesua ». Cette planète, une toute petite boule céleste recouverte des montagnes vertes, de plages et de forêts, était absolument magnifique. Ses habitants, qui parlaient une langue très très bizarre, l’adoraient et étaient prêts à la défendre bec et ongles. Pour se faire, ils ne se battaient pas : ils s’appliquaient juste à perpétuer leurs belles traditions millénaires. 

Mais petit à petit, cette passion ardente pour leur planète transforma les habitants de Kidesua… Ils se mirent à considérer que tout ce qui venait de l‘extérieur était un danger. Et pourquoi essayer de le découvrir cet« extérieur » ? Sur Kidesua il y avait déjà tout pour être heureux ! Et c’était bien vrai… 
Mais ce bonheur fut de courte durée… Car les nombreux extraterrestres comme Jean qui voulaient partager leur vie, finissaient bien souvent par rentrer très vite sur leur planète… C’était en effet beaucoup trop compliqué pour eux de déménager sur Kidesua, car ses habitants s’aimaient tellement qu’ils ne se rendaient même pas compte qu’il existait des gens comme Jean. 
Ouf ! Les « vrais » habitants de Kidesua pouvaient enfin reprendre tranquillement leur vie. Une existence paisible avec leur famille et leurs copains qui vivaient là depuis la nuit des temps… Mais bien-sûr les problèmes arrivèrent… Et pas de l’extérieur, mais de l’intérieur ! Car à force de rester entre eux et de ne pas se mélanger avec les « gens comme Jean », ils ne rendaient pas compte qu’ils étaient en train de confiner leur planète…Ce confinement les rendit complément zinzins et malheureux ! Car ils étaient autrefois de grands voyageurs et l’équilibre de leur bonheur venait de leurs traditions, mais aussi des « gens comme Jean »… 

Vous savez quoi ? Cette histoire n’arrivera jamais au « BIBOTE TXAPELKETA » ! Parole de Biboted’Haricot (vert, rouge ou blanc) ! Alors je compte sur vous amis Bibotes ! Voilà mon idée : vous allez devenir mes « recruteurs » de nouveaux Bibotes. Pour cela, rien de plus simple… Il suffira juste de parler autour de vous de notre aventure pour que de nouvelles familles viennent la partager : des copains, des copines, des cousins, des cousines, des gens de l’école, d’Urrugne, du Pays Basque, d’Aquitaine, de France, d’Europe, et même de la Terre entière !!! Parce que le « BIBOTE TXAPELKETA » n’a pas de frontières !!!

Si vous accomplissez cette mission, vous serez récompensés en devenant les parrains des familles que vous aurez fait devenir des Bibotes. Un nouveau Bibote qui se sera inscrit grâce à son parrain, démarrera l’aventure avec la moitié des bibotes qu’avait gagnés celui-ci. Et en échange le « Parrain Bibote » gagnera aussi des bibotes : 3 par Bibote parrainé et 1 supplémentaire tous les 10 bibotes gagnés par son copain.
Amis Bibotes, c’est une véritable révolution ! Car les Bibotes pourront devenir plusieurs fois « Parrain Bibote » ! L’ouverture a du bon ! Et moi, je risque de me faire quelques nœuds à la tête… Mais ce n’est pas grave… J’adore les mathématiques !!!

Et ce n’est pas tout ! Parce que j’ai fait une super rencontre hier soir… Attention… Je vous présente… Les Madames Carrées ! Mimi et Julie ! 
Mimi et Julie adorent les vêtements carrément soldés à moins 80 pourcents et les chocolats carrément noirs à plus de 80 pourcents. D’ailleurs, à force de grignoter des carrés de chocolats, elles sont devenues très brunes…Mimi vous proposera une activité manuelle carrément carrée tous les lundis, et Julie vous proposera une recette de cuisine carrément carrée tous les jeudis. 
Pas de limite de temps pour ces activités ! Car Mimi et Julie sont carrément carrées mais pas du tout pressées. Et comme elles sont très généreuses, et qu’un carré est « un quadrilatère convexe à quatre côtés de même longueur avec quatre angles droits » (je vous le répète : j’adore les maths), elles vous permettront de gagner 4 bibotes !

Que d’émotions en ce début de weekend ! Si avec les « Parrains Bibotes » et les « Madames Carrées » le « BIBOTE TXAPELKETA » continue à tourner en rond, je me transforme en œuf de Pâques à moustache ! Alors rendez-vous mardi prochain avec vos grands reportages de BFM TV spécial « Pâques » et un classement tout neuf avec plein de nouvelles colonnes ! 

Très bon et long weekend à vous les Bibotes !

JOUR 18 : Il était une fois dans le Sud-Ouest


Hello les Bibotes !

Et beh voilà ! On l’a notre date ! Le 11 mai… Quelle surprise ! Encore quatre semaines à tenir avant le retour à l’école. Bon, on ne va pas se mentir, l’école du 11 mai ne ressemblera sûrement pas à celle d’avant…
Mais pour l’instant on ne sait pas grand-chose. On va donc laisser les gens qui savent… savoir. Et ils vont avoir du travail et peu de temps pour nous préparer une rentrée aux petits oignons !

Cette histoire de coronavirus elle est pleine de rebondissements… Et ce n’est pas prêt de se terminer ! Amis Bibotes, on reste calme, on s’assoit dans son canapé, on attrape les pop-corn, et surtout on respecte les consignes !

Ce weekend je suis sorti me dégourdir les jambes devant mon chez moi… Une ville déserte, un soleil de plomb, un silence assourdissant… Et puis je l’ai vu, traverser avec hésitation la route entrainée par la légère brise de sud… Cette petite boule d’herbes séchées : un virevoltant ! Oh my god ! It was like in a… western ! 

Alors j’ai de suite sifflé pour appeler ma monture. Mais problème : je n’ai pas de cheval… Tant pis ! J’irai au saloon en santiags ! Mais problème : tous les saloons sont fermés… Tant pis ! Je vais traverser le Far West avec ma diligence rapide comme l’éclair pour en trouver un d’ouvert ! 

Et c’est à ce moment-là que j’ai croisé le shérif du comté… 
« Hé toi, cow-boy ! Viens par-là.
- Qu’y a-t-il shérif ? Pourquoi m’arrêtes-tu ? Je ne suis pas « wanted ». Ni mort, ni vif.
- Je peux voir ta dérogation cowboy ?
- My… « dérogaychionne » ? Je l’ai…forget…
- Ça sera donc 135 dollars cow-boy.
- But ?...
- Y’a pas de « but ». Chez nous, le foot il est américain et on marque des touchdowns. »

J’avais gagné ma journée… Et je ne vous raconte pas l’odeur dans mes santiags quand suis rentré à la maison… La prochaine fois, je prendrai ma dérogation et je mettrai des chaussettes !

Un vilain méchant venu de nulle part, la solitude, un scénario à l’italienne, un désert à la frontière espagnole, des stocks de pâtes alimentaires, et une histoire américaine… Mais oui amis Bibotes : nous sommes les acteurs d’un « Western Spaghetti » !!! Et les « Western Spaguetti » ça sent la poudre, ça dure souvent très longtemps, mais ça finit toujours bien !  Car « la terre promise est toujours de l’autre côté du désert ». Et notre terre promise à nous Bibotes, c’est une petite école au bord d’un ruisseau ! Notre ruée vers l’or du savoir !
  
Un bon western c’est avant tout une ambiance, des paysages, des tenues, des musiques... Alors voilà votre défi du jour les cow-boys : à la maison, il va falloir se la jouer western :de l’harmonica, un chapeau, des sifflements, un lasso, un cheval… À vous de créer votre propre « south-western » !

JOUR 19 : Le Maillot à Petits Pois


Salut les Bibotes !

Vous devez vous dire que je ne travaille plus… Pas de petit texte lundi, pas de vidéo aujourd’hui… 
Je vous entends déjà… « Mais il est où ce Bibote d’Haricot? Monsieur a pris la grosse tête et il ne fait plus rien ? Il a intérêt à s’y remettre vite parce qu’après le confinement il va falloir travailler dur pour redresser le pays ! Fainéant ! Fonctionnaire ! »

Non mais dites donc ! Moi aussi j’ai des coups de mou pendant les jours fériés ! J’ai une moustache mais je n’en reste pas moins un être humain ! Et puis cette histoire de 35 heures je n’y ai jamais rien compris parce qu’il n’y a que 24 heures dans une journée… Et aujourd’hui, j’avais du travail… Et oui ! Une « réunion » ! Pff…. Encore une « réunion »…

Dès qu’il y a une « réunion », Tip, Bobby, Jean-Pierre et Carapuce s’échappent… Ils font semblant de ne pas avoir reçu la convocation et ils me laissent tout seul ! C’est une super méthode ! Mais moi je n’ai jamais osé…

Vous avez déjà participé à des « réunions » les Bibotes ? Non ? Et bien c’est très simple… Une « réunion » c’est une sorte de conversation entre des gens trop sérieux qui dure très longtemps (surtout quand on n’a rien à se dire) et pendant laquelle on fait croire qu’on écrit des choses utiles sur un papier. En fait, le plus dur dans une « réunion », c’est de réussir à faire semblant de pas s’endormir et d’entendre juste assez ce qu’il s’y passe (ou « d’écouter »pour les plus vaillants…) pour répondre à son chef si il a la mauvaise idée de vous donner la parole.

Mais les années passent et je suis devenu un as des « réunions » ! J’ai mis au point des techniques très sophistiquées ! Premier point : le regard. Facile ! Je me colle les paupières avec de la pâte à fixe. Deuxième point : les oreilles. Encore plus facile ! Les oreilles ne peuvent pas se fermer ! Alors je me contente de me les nettoyer de temps en temps avec du « produit » (Attention ! Les coton-tiges sont mauvais pour les tympans et surtout pour la planète !). Troisième point : le papier des notes. Le plus simple ! Je déteste la pollution et le gaspillage, donc j’ai la même feuille depuis des années ! Elle est remplie de phrases avec des mots compliqués qui ne veulent rien dire ! Plus je fais semblant d’écrire, plus on croit que je suis sérieux ! Donc, pendant certaines « réunions », il m’arrive même de prendre un crayon ! Mais là, ça veut dire que je suis vraiment très très très motivé !

Mais toutes ces techniques ne serviraient à rien sans un entraînement de haut niveau pour réussir à ne pas s’endormir. Et maintenant, je vais vous révéler mon secret de grand champion… C’est… Le Tour de France !!! Oui, le Tour de France !!! Vous savez, les longues étapes toutes plates qui durent plusieurs heures, et durant lesquelles on sait dès le premier kilomètre que celui qui gagnera fera un bisou à des jolies madames qui lui donneront un bouquet de fleurs sur le podium d’arrivée. 

Mes séances d’entraînement sont simples : je mange beaucoup avant de m’affaler sur mon canapé et je passe mon après-midi à regarder ces étapes soporifiques en comptant le nombre de spectateurs au bord des routes pour rester éveillé. Et je peux vous dire que ça marche ! Avec tous ces efforts, je ne me suis plus jamais endormi dans aucune réunion !

Et vous savez quoi le Bibotes ? J’ai eu la frayeur de ma vie la semaine dernière parce que j’ai cru que le Tour de France allait être annulé à cause du vilain virus… Quoi ??? Non !!! Sans le Tour de France, plus d’entraînement possible ! Et comment je vais faire pour mes réunions de la prochaine année scolaire sans ma préparation estivale ???

Heureusement, le Tour de France est juste décalé et il se déroulera en Septembre… Ouf… Mais d’ici là comment faire ? Avec ce vilain virus on va avoir de plus en plus de réunions et je ne vais jamais réussir à tenir le rythme sans un entraînement de qualité !

Amis sportifs, j’ai absolument besoin de votre aide ! Voilà votre mission de la semaine pour les Jeux Olympiques des Salons et des Jardins 2020 : je veux voir du vélo pour continuer à résister à l’appel de la sieste pendant mes prochaines réunions ! Dans la maison, le jardin, le quartier… Des coups de pédales ! Des vrais ! Ceux qui font durcir les cuisses et gonfler les mollets ! Ceux qui font vider des bidons et vibrer les guidons ! Ceux qui donnent la chair de poule en haut des cols sous les vivats de la foule !

JOUR 20 : Les « OGM »


Egun on les Bibotes !

Déjà jeudi ! C’est incroyable ! Avec les jours fériés, les semaines semblent passer beaucoup plus vite ! 
 
Encore une nouvelle solution pour écourter le confinement ! Des jours fériés ! Il suffit d’en rajouter un ou deux chaque semaine jusqu’au 11 mai et le tour sera joué ! Et bien sûr on les gardera les prochaines années ! On ne va pas se faire avoir ! Dès 2021, le mois d’Avril sera donc un « mois pont » pour savourer le printemps et démarrer doucement le mois de Mai. Et en Mai… On profitera aussi des ponts ! Je vais vous remettre au boulot moi !!! On va relancer ensemble l’industrie du tourisme et des loisirs ! 

Je vous le redis, si j’étais Président de la Républi…

« TOC, TOC, TOC. »
Tiens qui ça peut bien être ? Ça fait plusieurs semaines que personne n’a frappé à ma porte… Normalement Bobby est mon vigile mais il est parti faire le tri sélectif. Booo, j’ai la flemme de me lever du canapé… Cette « réunion » d’hier m’a vraiment épuisé… 
« TOC, TOC, TOC. »
Encore ??? Bon, je crois qu’il est temps de se remuer et d’aller ouvrir… 

Et quelle ne fut pas ma surprise quand je vis un pottok en train de s’essuyer les sabots sur mon paillasson…
« Oh ! C’est toi Raymond !
- Et oui Bibote ! J’ai réussi à voyager dans le temps à destination du présent !
- Non ??? Mais c’est génial !!! Comment as-tu fait ?
- Je me suis fait aider…
- Ah oui ? Et par qui ? Je suis vraiment super content de te voir tu sais !
- Après ton départ, j’ai eu un petit coup de blues Bibote… Tout seul dans mon enclos du zoo d’Olhette, avec toutes ces magnifiques images de vos montagnes dans la tête. J’ai vécu une période très difficile. Mais un jour, les nuages dans ma tête se sont dissipés ! J’ai fait la rencontre de ma vie : « Tempête », une magnifique licorne. Et grâce à ses pouvoirs magiques, j’ai pu m’envoler et traverser comme toi un « trou de ver » à la vitesse de la lumière. Et me voilà arrivé à ton époque !
- Une licorne ??? Mais ça n’existe pas les licornes ! C’est un animal légendaire, un mythe.
- Bien-sûr que les licornes existent Bibote. Du moins dans le futur elles existent. 
- C’est impossible Raymond ! Un cheval avec une corne au milieu du front ça n’existe que dans les livres !
- Tu te trompes ! Dans le futur la science a progressé et les chercheurs ont réussi à créer toutes sortes de nouveaux animaux, de nouvelles plantes et même de nouveaux hommes !
- De quoi ? Mais comment ça ?
- En modifiant leurs gènes.
- En modifiant leurs quoi ???
- Leurs « GÈ-NES » !
- Mais c’est pas naturel ce truc ! Moi, ces histoires de scientifiques qui trifouillent les gènes, je peux te dire que ça me dérange vraiment. Et je ne ferai pas de jeu de mots avec « gêne » et « gène », parce que ça serait beaucoup trop gênant.
- Tu sais Bibote, dans le futur quasiment tous les organismes sont génétiquement modifiés. Et sans ces « OGM » je n’aurais jamais pu passer te faire coucou.
- Tu as raison sur ce point… Mais je peux te dire que j’ai lu beaucoup de choses qui font très peur au sujet des « OGM » en allant sur « L’Internet ». Allez, rentre Raymond. Je vais te raconter tout ça en te servant un petit jus de pomme bio. »

Et notre discussion démarra… Des heures et des heures à parler de nature, de vie, de science, de progrès, d’environnement, de chimie… Il a beau être un pottok, il est vraiment têtu comme une mule ce Raymond !

Alors voilà votre prochaine mission jeunes Bibotes ! Vous allez m’aider à convaincre Raymond qu’il n’y a rien de plus beau qu’une nature…« Naturelle ». Des photos, du jardinage, des sons, des bouquets, des reportages, du « land art »… Tous les moyens sont bons ! Et n’oubliez jamais : même si vous êtes parfois un peu bizarres, les « Olhetards Génétiquement Modifiés » ça n’existe pas !

JOUR 21 : BFM TV (4)


Zzzz… Zzzz… Zzzz…

Moustache dans le guidon, mon nouveau voyage commence. Je dévore des kilomètres de sentiers terreux et rocailleux…
Le spectacle autour de moi est exceptionnel. De majestueux rapaces fendent l'horizon de cette carte postale infinie. Des pottoks dansent tranquillement au rythme de cloches agitées, bien malgré elles, par des dizaines de brebis. Ces infatigables jardinières en troupeau qui s'affairent à réguler minutieusement la hauteur du duvet vert de grandes prairies. Elles en sont devenues les petits grains de beauté velus, en attendant calmement que l'épaisseur de leur manteau d'hiver soit régulée plus... grossièrement (de manière disons plus... «humaine»). 
Et il y a ces plantes, ces herbes, ces fleurs, ces arbres... Je n'ai jamais rien compris à la flore. Ça ne me parle pas et je suis beaucoup trop bavard. Mais j'aime leur manière élégante de colorer ce décor. Tous ces végétaux sont beaux et arrivent à rendre le beau encore plus beau. Et pour le coup, c'est déjà beaucoup.
Parfois, on dirait que des morceaux de sol ont voulu s'envoler. Ces tentatives avortées d'évasions minérales laissent des traces millénaires sur la montagne : des falaises, des fractures, des crevasses, des trous... J'apprécie leur façon de rendre plus périlleuse mon avancée. Mes chevilles, largement moins dures que de la roche, un peu moins…

« BIBOTE !!! Tu dors ? BIBOTE !!! Tu dors ? Je viens de rêver d’un truc super ! BIBOTE !!! Tu dors ?
- Roooo… Mais Tip… Oui je dormais ! Et là tu viens de me réveiller… 
- Non mais Bibote ! Moi j’ai rêvé que je voyais !!! C’est fou !!! C’est la première fois que ça m’arrive ! Je ne suis pas aveugle dans mes rêves !
- Pff… Moi je rêvais de montagnes et maintenant je vois ta sale tête de taupe… Merci du cadeau. Et toi tu voyais quoi dans ton rêve alors ?
- En fait, j’étais au fond de mon trou et il faisait très noir. Tellement noir que je n’y voyais rien ! Sauf que là c’était différent ! Parce que je voyais que je ne voyais rien ! 
- Et tu m’as réveillé pour ça ??? Merci Tip. Je crois que la collocation avec Bobby ne te fait pas du bien… »

En parlant de Bobby, le voilà qui passait par là, brosse à dents dans une main et téléphone dans l’autre. À mon tour de lui poser la question…
« Bobby, tu as rêvé de quoi cette nuit ?
- Moi ? Cette nuit ? Que le confinement s’était arrêté. Je rêvais d'un autre monde : où la Terre serait ronde, où la lune serait blonde, et la vie serait féconde. Je dormais à poings fermés. Je ne voyais plus en pied. Je rêvais réalité. Je suis vraiment un poète quand je dors et quand je rêve : quel talent !
- Bobby, est-ce que tu dors avec ton téléphone sur la table de chevet ?
- Bien sûr ! Comme ça je peux écouter de la musique quand je fais des nuits blanches !
- Et cette nuit tu as dormi ?
- Non, j’ai fait une nuit blanche et j’ai écouté de la musique des années 80 sur mon téléphone.
- Merci pour ces explications Bobby… Tu peux aller te brosser les dents.
- Me brosser les dents ? Mais je ne me brosse jamais les dents ! Mes dents sont aussi solides et enracinées que celles d’un tyrannosaure !
- Mais alors pourquoi tu marches avec une brosse à dents ? 
- Je travaille sur un projet. Une brosse à dents électrique sans électricité pour économiser l’énergie ! On l’actionnerait avec nos bras et nos mains en faisant plein de petits mouvements dans notre bouche pendant trois minutes !
- Une sorte de brosse à dents manuelle en fait…
- Exactement ! Il super ce nom ! Il sonne aussi bien que mon téléphone ! Merci Bibote pour ton imagination ! Je sens que mon invention de brosse à dents « manuelle » va cartonner ! »

C’est fou… On aura beau tout essayer, il est complément à l’ouest cet anglais. En tout cas, j’ai compris quelque chose grâce à lui : les tyrannosaures ont des bras minuscules car ils n’ont pas besoin de se laver les dents ! La nature « naturelle » fait vraiment bien les choses ! 
Toutes ces histoires de tyrannosaures me font penser à un copain Bibote : « Kin Rex ». Vous savez quoi les Bibotes ? Kin Rex a eu des petits problèmes de santé cette semaine. Rien à voir avec le vilain virus, mais il a quand-même dû partir à l’hôpital de ville. Et aller à l’hôpital de ville, c’est toujours difficile. Même pour un vaillant Bibote qui arrive à battre les grands au foot pendant les récrés alors qu’il a encore plein de dents de lait !

Donc voilà ce qu’on va faire ce weekend : un BFM TV « spécial » pour faire un gros coucou à notre pote Kin Rex ! 

À lundi les Bibotes et… AUUUUUPA KIN REX !!!

JOUR 22 : Les Bruits Bleus


Salut les Bibotes !

Encore une semaine démarre et les bonnes nouvelles se multiplient ! Première bonne nouvelle : il reste une semaine en moins de confinent ! Deuxième bonne nouvelle : il reste 7 jours en moins de confinement !! Troisième bonne nouvelle : il reste 168 heures en moins de confinement !!! Quatrième bonne nouvelle : il reste 10 080 minutes en moins de confinement !!!! Cinquième bonne nouvelle : je vais m’arrêter là.

Non mais quand-même ! Si mes calculs sont bons, et qu’il y a toujours 60 secondes dans une minute, cela voudrait dire qu’il ne reste environ plus que 12 700 800 secondes à rester chez nous avant de repartir à l’école ! Que 12 700 800 secondes !!! Ça ne nous laisse même pas le temps de vivre… Mais ce n’est pas grave ! Amis Bibotes, on touche au but !

En parlant de temps, je vous annonce qu’on a un nouveau poto à la maison ! Grâce à vos magnifiques images, Raymond a compris qu’Olhette était un paradis sur Terre et il a décidé de rester à notre époque ! Maintenant, il n’a plus qu’une seule ambition : se battre pour une nature « naturelle » et défendre la montagne pour qu’elle ne devienne pas un paradis perdu. N’oubliez jamais les Bibotes : lors de vos prochaines randonnées, vous croiserez peut-être Raymond entre la Rhune et le Xoldo !

Pour célébrer sa décision, on a organisé une énorme fête samedi soir avec toute l’équipe ! Musique à fond les ballons dans l’appartement !!! Il y avait beaucoup d’orage, alors il fallait couvrir le bruit du tonnerre ! Et les voisins me direz-vous ? Le bruit ne les a pas dérangés ? Non… Car à part Didier, qui passe maintenant ses journées main dans la main à sa nouvelle girlfriend Aline, des voisins nous n’en avons pas ! Les appartements à côté de chez moi sont tous vides ! 

Il y a parfois des gens qui viennent y passer des weekends. Je pense d’ailleurs qu’ils viennent en voiture et pas en nuage… Car chaque fois qu’ils sont là, c’est la dolce vita : il fait beau, il fait chaud, et nous sommes en Juillet ou en Août ! Grâce à eux, je n’ai même pas besoin d’avoir de calendrier pour connaître les dates des vacances d’été ! J’économise du papier et je sauve des arbres ! Merci beaucoup mes voisins saisonniers ! 

Mais ces volets fermés toute l’année, c’est d’une tristesse…Tous ces objets qui ne voient quasiment jamais la lumière… Ces étagères, ces balais, ces aspirateurs, ces bibelots, ces marionnettes, ces tables, ces verres, ces tasses, ces tabourets de bar, ces livres, ces vases… Les pauvres… 

Un jour, j’ai appris quelque-chose de très intéressant sur « l’Internet »… Quand on écoute de la musique que l’on aime, notre corps produit « un truc » qui fait du bien à notre cerveau : la « dopamine ». Cette « dopamine » est une sorte de dopage 100 % naturel qui nous met de bonne humeur et nous remonte le moral ! Alors pour amener de la lumière dans la pénombre des appartements de mes voisins, toute ma tribu envoie du gros son! Des bruits contre le blues : des bruits qui rendent heureux… Des « Bruits Bleus » ! Et je suis sûr que Tip, Bobby, Jean-Pierre, Carapuce et moi avons un succès fou auprès des objets abandonnés de mes voisins !
 
Alors voilà votre mission les Bibotes musicos : vous allez à votre tour créer des « Bruits Bleus » pour rendre heureux les objets de votre maison et faire du bien à votre moral ! Avec des instruments de musique, ou n’importe quels bidules et machins qui peuvent produire des sons, il va falloir créer LA mélodie qui va casser les oreilles au vilain virus. Mais surtout, qui va faire du bien aux nôtres !

JOUR 23 : Da Vinci Code


Egun on les Bibotes !

Je suis en colère contre vous ! Je m’attendais à une flopée de réponses suite à mon calcul des secondes restantes avant la fin du confinement. Mon résultat était tout faux les Bibotes ! Personne n’a vérifié ?
Faites très attention, la grande Histoire des hommes nous l’a montrée à plusieurs reprises : chaque fois que des personnes ont suivi aveuglement des moustachus, tout a souvent très mal fini…

En tout cas, Jean-Pierre a vérifié mon résultat… Et il s’est bien moqué de moi !
« Hé Bibote, ton calcul, il est tout faux…
- Comment ça tout faux ? Impossible, je suis le roi des mathématiques. J’ai une moustache comme tous les grands mathématiciens !
- Tu as surtout la grosse tête et elle n’est pas si pleine que ça…
- Non ! Mon calcul est juste ! Ceux sont les chiffres qui ont tort !
- Alors je vais reprendre depuis le début Bibote… Il reste environ 3 semaines de confinement, donc 21 jours. On est d’accord ?
- C’est juste !
- Donc 21 jours multipliés par 24 heures équivalent à 504 heures. On est d’accord ?
- C’est juste !!
- 504 heures multipliées par 60 minutes sont égales à 30 240 minutes. On est d’accord ?
- C’est juste !!!
- 30 240 minutes multipliées par 60 secondes sont égales à 1 814 400 secondes. On est d’accord ?
- Oui !!!! C’est exactement ce que j’ai trouvé !Et de tête en plus !
- Non Bibote... Tu as trouvé 12 700 800 secondes…
-Hooo… À deux ou trois secondes prêts, ça va ! J’ai dû oublier une retenue !
- Tu as surtout oublié ta calculatrice… Bibote, tu sais qui a inventé le prototype de la première calculatrice mécanique ?
- C’est Walker Texas Instrument ! Et après il est devenu acteur de films de bagarre !
- Pff… Non Bibote, c’est Léonard de Vinci.
- Léonard d’où ? De Vinci ? Jamais entendu parler de ce monsieur…
- Mais si, je suis sûr que tu le connais. Il ressemble à ça.
- Ah oui je le connais !!! L’hiver il a un bonnet rouge et il distribue des cadeaux aux enfants en passant par les cheminées ! C’est ça ?
- Non, ça c’est le Père Noël… Tu n’as vraiment aucune culture… »

Et Jean-Pierre avait raison…Le cinéma et la chanson française c’est bien, mais ça ne fait pas tout. Alors je suis allé me « culturer » sur « l’Internet ». J’y ai appris que Léonard de Vinci fut quelqu’un de fantastique : le plus grand inventeur de l’Histoire ! Le parachute, l’automobile, la bicyclette, le scaphandre… Quel génie !

Mais soudain, j’ai eu une révélation en tombant sur la date de la réalisation de son autoportrait (l’image du vieux monsieur juste au-dessus) : l’an 1512. Mais attendez ? Mon résultat d’hier c’était bien12 700 800 secondes, c’est fou ! 12 + 700 + 800 = 1512 !!! Ce n’est pas Léonard le génie, c’est moi ! J’ai trouvé le « Da Vinci Code » !!!

«  Hé Jean-Pierre ! Je suis une intelligence supérieure : j’ai enfin trouvé le « Da Vinci Code » !!!
- Bibote, tu dis vraiment n’importe quoi… Le « Da Vinci Code » c’est une invention, un roman policier. Ce n’est pas du tout un code secret…
- Tu es jaloux Jean-Pierre !
- Jaloux ? On va voir si tu es un vrai génie… Léonard de Vinci n’a jamais réussi à faire voler un homme. Ce fut pourtant un des plus grands projets de sa vie : l'ornithoptère. Après avoir étudié les mouvements des ailes des oiseaux, ainsi que la fonction et la position de leurs plumes, il a tenté de faire reproduire ces mouvements de battements en mettant au point une machine activée par la force des hommes. Mais malheureusement, ils n’étaient pas assez costauds et ça n’a jamais fonctionné… Voyons si toi tu es capable de faire voler quelque chose ! »
 
Amis Bibotes, j’ai absolument besoin de vous ! Il va falloir m’aider à clouer le bec de Jean-Pierre en inventant une machine qui vole ! Un avion, un planeur, une fusée, une montgolfière, une lanterne, un cerf-volant… Avec du papier, des feuilles, des plumes, des poches, des ballons de baudruche, des bouteilles, de l’air, du gaz (attention quand-même…), à vous de créer la réplique miniature du futur engin qui me transformera en oiseau !

JOUR 24 : « ALLEEEEEZ » !!!


Bonjour les Bibotes !

C’est bizarre toute cette pluie ? Y’aurait-il un lien avec vos « Bruits Bleus » ? Sûrement… Vous êtes des artistes, mais je pense que les oreilles du ciel ne doivent pas être faites pour écouter vos chefs-d’œuvre… Mais l’important c’est de croire en votre talent ! Et si une star de la musique nait après cette aventure des « Bruits Bleus », je veux bien être son agent ! En tout cas Bobby a adoré ! Vous avez fait un heureux et c’est le principal. 

Mais aujourd’hui Bobby est extrêmement concentré ! Car tous les ans au début du printemps c’est la même histoire… Bobby s’y remet ! À quoi ? Au tennis évidemment ! Et vous savez pourquoi ? Parce que le tournoi de Roland Garros approche ! 
Roland Garros ? Alors hier on parlait des engins qui volent et aujourd’hui c’est le tennis ? Rien à voir à priori ! Mais vous vous trompez ! Car Roland Garros était un aviateur moustachu qui fut le premier homme à traverser la mer méditerranée en avion. Malheureusement, il disparut au combat peu après durant la première guerre mondiale. Et le stade dans lequel se déroule le tournoi de tennis porte son nom. Et donc le tournoi aussi… 

C’est incroyable ! Tout est lié : Léonard de Vinci, un avion, une moustache, un stade, une balle jaune poilue !
Coïncidence ou pas, Bobby adore le tennis de mi-avril à fin mai depuis des années ! Attention à vous et aux balles perdues ! Il est complètement nul ! Son service est nul, son coup droit est nul et son revers est encore plus nul… Mais on ne lui a jamais dit pour ne pas le vexer…

Bobby mise tout sur son style avant, pendant et après les matchs. Tout de blanc vêtu avec ses chaussettes en coton qui remontent à mi-mollet et son bandeau éponge sur la tête... Avant chaque point, il trifouille les cordes de sa raquette avec ses gros doigts. On a beau lui répéter que tant qu’il ne rattrapera pas une balle son cordage de bougera pas, rien y fait… Il trifouille, il trifouille… Mais il ne touche jamais une balle ! Pauvre Bobby !

Son principal problème, c’est qu’il est anglais ! Quand il conduit sa voiture chez nous, il doit se mettre du côté droit de la route. Mais dans son pays natal c’est l’inverse… Alors, quand il joue au tennis en France, il est persuadé qu’il doit utiliser sa ma main droite (alors qu’il est gaucher…) pour ne pas payer d’amendes…

Il ne gagne jamais un match ! Mais il a toujours une bonne excuse : j’avais le soleil dans les yeux toute la partie, le ramasseur de balles m’a piqué ma serviette, il y avait du vent, je n’avais droit qu’à deux services, ma raquette est trouée, mes chaussures glissent, il y avait un filet de pêche au milieu du terrain, je transpirais des mains, la balle était trop jaune, c’est la terre qui m’a battu…Toutefois, l’important n’est pas là : Bobby est nul de chez nul au tennis, mais c’est un passionné et c’est tout ce qui compte ! 

Sa préparation de champion pour Roland Garros devait débuter cette semaine… Mais là encore quelle déception : cette année les internationaux de France sont décalés en septembre et tous les courts de tennis sont actuellement fermés à cause du vilain virus.

Et ce matin il fallut lui annoncer la terrible nouvelle…
« Bobby, tu sais cette année Roland Garros est…
- Oui je pète la forme les gars ! Cette année c’est pour moi ! Je vais ramener la coupe à la maison et on fêtera ça tout l’été !!!
- Bobby, tu sais cette année Roland Garros est…
- Je suis chaud les copains !!! D’habitude je suis chaud, mais là je suis encore plus chaud !!! « Ta tata tatatata taaaa... Olé !!!! »
- Bobby, tu sais cette année Roland Garros est…
- Je le sens bien les copains ! Je le sens bien !!! Service ! Coup droit ! Revers slicé ! Montée au filet ! Smash !!! 40 /00 !!!
- Bobby, tu sais cette année Roland Garros est…
- « ALLEEEEEEZ » !!! Ramasseur de balles, passe-moi ma serviette et une banane !
- Bobby !!! Cette année Roland Garros est reporté !!!
- De quoi ??? Mais ça veut dire qu’on ne pourra pas fêter ma victoire tout l’été ???
- Non, on devra faire ça cet automne…
- Mais cet automne je ne serai plus bronzé ?
- En effet Bobby, tu risques d’être tout blanc…
- Et mon « styyyle » alors ? Si j’ai la peau aussi blanche que ma tenue de tennis ? Vous croyez que je vais toujours plaire aux filles avec ma coupe ?
- Heuuu… Pas sûr… »
Bobby soupira, lâcha sa raquette et baissa la tête. D’un geste désabusé, il enleva son bandeau éponge et s’affala sur le canapé en levant les yeux au ciel…
«  Cette fois c’est trop Bibote, tous ces efforts pour rien… Ce joli polo cintré, ce bandeau éponge, ce magnifique short bien serré, ces chaussettes en coton à mi-mollet… 
- Ne t’inquiète pas Bobby , on va arranger ça ! »

Alors voilà votre défi sportif du jour les Bibotes ! Oui ! Bobby participera bien à un tournoi de tennis cette semaine ! Sur terre battue, sur moquette, sur parquet, sur table, sur carrelage, sur herbe… Avec des balles, des oranges, des œufs, des raquettes, des poêles, des claquettes, un filet, un rouleau de papier toilette… Tout ce que vous voulez !  L’important c’est le « styyyle » ! 

Jeu, set et match !

JOUR 25 : Abracadabra


Salut les Bibotes !

Le beau temps est de retour ! Quel bonheur ! Les nuages ont disparu mais je suis obligé de rester couvert… Une pluie de « courriers électroniques » s’abat sur moi en ce moment ! Les nouvelles inscriptions, les images de toutes vos activités, les réclamations des Bibotes victimes de mes oublis de bibotes, la préparation de la rentrée… Huch ! 

Si je n’avais pas que deux simples traits noirs à la place de mes bras et de mes mains, je répondrais à tout le monde… Mais malheureusement c’est impossible ! Ne croyez pas que je suis impoli les Bibotes ! Je suis juste… Très occupé ! Alors parfois, je vous réponds et parfois non… Ma technique pour choisir les « courriers électroniques » auxquels je vais donner une réponse ?Aucune, juste le hasard…. Pas de chouchous avec moi ! Le travail, c’est le travail !!!

J’aimerais pouvoir en faire plus ! Aller plus vite, plus fort, plus loin, plus longtemps ! Mais même avec beaucoup de temps devant soi, on se rend parfois compte que certaines choses sont très dures à réaliser. À moins que… À moins que je me découvre des pouvoirs magiques !

Tiens, voilà Carapuce qui vient…
«  Hé Carapuce ! Il me faut un chapeau et un lapin !
- Un chapeau et un lapin ? Pour en faire quoi ?
- Pour voir si j’ai des pouvoirs magiques. Pff… Evidemment…
- Donc avec ton chapeau et ton lapin tu veux nous faire un tour de magie ?
- Oui. Et si je réussis, ça sera officiel : je serai un magicien !
- Et alors ?
- Et alors j’aurai des pouvoirs magiques !
- Et alors ?
- Et alors je pourrai répondre à tous les « courriers électroniques » des Bibotes !
- Et alors ? 
- Et alors je deviendrai poli !
- Donc tu veux être un magicien pour devenir poli ?
- Oui. Mais pour ça il me faut un lapin. Il faut que j’aille à la lapinerie. En plus, c’est trop choupinou un lapinou !!!
- Et tu crois que tu gagneras du temps pour devenir poli avec les Bibotes si tu dois t’occuper d’un « lapinou tout choupinou » ? Lui donner à manger, ramasser ses crottes, nettoyer sa cage…
- Sa cage ? Mais il n’aura pas de cage, puisqu’il sera dans mon chapeau !
- Et il va manger quoi ?
- Eh bé…Les cheveux qu’il y aura entre ma tête et mon chapeau !
- Mais Bibote, tu n’as plus de cheveux…
- Oui, mais avec un lapin sur ma tête ça va changer ! Car toutes ses crottes serviront d’engrais pour faire repousser mes cheveux ! Comme dans les prés sur lesquels les vaches vont brouter !
- Tu dis vraiment n’importe quoi… Ça ne marchera jamais… 
- Ça marchera ! Car avec mon « lapinou tout choupinou » et mon chapeau de magicien je rendrai l’impossible possible ! »

Non mais elle se prend pour qui cette Carapuce ? Alors moi, Bibote d’Haricot (vert, rouge ou blanc), je ne pourrai pas devenir un grand magicien ? Les Bibotes, je compte sur vous ! Il va falloir m’apprendre plein de supers tours de magie pour montrer à cette tortue bougonne que l’impossible peut devenir possible quand on y croit ! Et surtout quand on connait les « trucs »…

JOUR 26 : BFM TV (5)


Amis Bibotes, l’heure est grave ! Oui, j’ai changé : j’ai pris la grosse tête, je ne fais plus attention à rien, et je multiplie les erreurs ! Des fautes dans les calculs des bibotes, des oublis dans les montages des vidéos, des « courriers électroniques » sans réponse…

Je me prends pour une star ou quoi ? Je ne prends plus soin de mes Bibotes chéris ? Je préfère frimer en roulant des mécaniques sur mon parking avec tous mes colocataires ?

Il est temps de se remettre en question… Pourquoi moi ? Pourquoi tout ça ? Pourquoi maintenant, alors que je suis au top de ma forme ? Je me suis donc assis sur mon canapé-lit-bureau et j’ai réfléchi… J’ai réfléchi, réfléchi et encore réfléchi… Et puis… Je me suis endormi…

Et quand je me suis enfin réveillé de cette sieste inopinée, la télé était allumée. Encore cette satanée chaîne d’informations… Vite ! La télécommande pour regarder des dessins-animés ! Mais au moment d’appuyer sur le bouton, j’ai eu la révélation ! Ça y’est : j’avais enfin tout compris !

Vous savez quoi les Bibotes ? Selon un sondage, depuis le début du confinement, les gens font de moins en moins attention à leur hygiène corporelle. Il paraît même que certains messieurs ne se changent leur caleçon qu’un jour sur deux ! Beurk !!! Carrément dégueu !!! Et puis Bobby le dit régulièrement : « Les caleçons ne serrent pas assez ! ». 

Mais moi je change mes sous-vêtements tous les jours ! Confinement pas ! Du coup, je dois faire tourner des machines à laver, étendre, repasser, plier et ranger tout ça dans ma grande étagère à slips et à chaussettes… Quelle perte de temps ! 
En fait, je suis débordé ! J’ai donc un choix à faire : soit je continue à ce rythme et je garde mon slip et mes chaussettes plusieurs jours d’affilée, soit… Et oui au fait, soit quoi ?

Je vais tout vous expliquer les Bibotes… Il se passe de nombreuses choses en ce moment pour préparer la rentrée du 11 Mai. Des réunions, des documents à étudier, d’autres à rédiger, des gestes à apprendre… Mais j’ai toujours mes satanées machines à laver à faire tourner ! Tout ça c’est beaucoup de travail en même temps…

Alors le « BIBOTE TXAPELKETA » va devoir réduire la voilure. J’adore ce mot : « voilure ». C’est comme « voiture », mais sans le « T » et avec un « L ». Aaah, si les voitures pouvaient avoir des ailes et laisser la planète en bonne santé… Et voilà, je recommence à m’égarer… 

En fait, que va-t-il se passer ? Pour les deux dernières semaines avant le 11 Mai, l’organisation va être un peu modifiée : 
- Le lundi, uniquement l’activité manuelle « carrément carrée » de Mimi (avec toujours une semaine pour la réaliser) ;
- Le mardi, un défi de Bibote d’Haricot (vert, rouge, blanc) ;
- Le mercredi, un défi sportif de Bibote d’Haricot (vert, rouge, blanc) dans le cadre des Jeux Olympiques 2020 des Salons et des Jardins ;
- Le jeudi, uniquement l’activité culinaire « carrément carrée » de Julie (avec toujours une semaine pour la réaliser) ;
- Et le vendredi, le traditionnel défi « BiboteFM TV ».

Il y aura donc deux défis en moins par semaine. Mais je peux vous assurer que tous les jours je mettrai des sous-vêtements qui sentent la lavande ! Et ça, c’est très important !

Maintenant à vous l’antenne les Bibotes ! Avec un BFM TV spécial ce weekend : vous allez devoir réfléchir et faire des petits reportages sur tout ce que vous connaissez des gestes barrières et des conséquences du vilain virus sur votre vie quotidienne à la maison et à l’école quand vous pourrez y retourner. Car oui, il va falloir commencer à bien se préparer à toutes ces petites choses qui vont changer.

JOUR 27 : Docteur Sonora


Bonjour les Bibotes !

Une nouvelle semaine de confinement démarre ! L’avant-dernière normalement ! Et oui j’ai bien écouté notre Premier Ministre cet après-midi ! Et… je me suis évidemment endormi… Pourtant je m’étais préparé à fond ! Je suis vraiment déçu de ma performance : je n’ai tenu que 29 minutes… À une minute près j’aurais passé le cap de la demi-heure ! Quel gâchis !

Bon maintenant c’est fini, il faut que je reparte de l’avant ! Le déconfinement arrive à grands pas et il est temps de préparer mon prochain voyage parce que j’ai des fourmis dans les jambes !

J’ai toujours été un grand voyageur… Vous savez quoi les Bibotes : je pars à l’étranger quasiment tous les mois ! Je vous entends déjà : «  Tous les mois ? Mais il nous raconte vraiment n’importe quoi… ».
Détrompez-vous les Bibotes ! Tous le mois je pars faire mon plein d’essence de l’autre côté de la frontière chez un certain Peio Venta. Ahah !!! Ça vous en bouche un coin non ?

Un jour, je me suis même dit qu’il fallait que j’arrête de prendre ma voiture pour éviter de rejeter inutilement dans l’atmosphère des gaz à effet de serre. Et puis le vélo ça fait du bien aux gambettes ! Alors je suis monté chez Peio Venta avec ma monture à pédales. Mais quand j’ai voulu faire le plein d’essence, j’ai compris que j’aurai un petit problème… Ma gourde était encore pleine et je ne pouvais même pas la remplir. J’ai donc dû redescendre et remonter le col d’Ibardin pour boire toute mon eau sans la gaspiller. Mais vous savez quoi ? Impossible de faire le plein de sa voiture avec une gourde de 5oo ml.

Messieurs les scientifiques, il est vraiment temps que vous inventiez des voitures qui consomment une gourde d’essence tous les 500 kilomètres ! J’adore le vélo mais je commence à en avoir marre de passer mes journées à jouer aux montagnes russes avec ma bicyclette entre ma maison et la station-service de Peio Venta.

En tout cas mes cuisses commencent à être aussi dures que celles de Jean-Pierre et c’est une bonne nouvelle ! Car un jour je ferai le tour du monde en vélo ! Les avions qui éventrent le ciel et les paquebots qui découpent les océans, non merci pour moi.

Vous sentez cette odeur les Bibotes ? Des effluves de tropiques, de soleil, de plages, de montagnes, de marchés et de transpiration des pieds… Cette odeur je la reconnais ! C’est l’odeur d’un voyageur !
« Bibote d’Haricot, je suis de retour !
- Oh ! Docteur Sonora !
- Oui Bibote, c’est moi !
- Je viens de terminer mon tour du monde ! Et il était temps : à quelques mois près, je me serais retrouvé bloqué à l’étranger !
- Et tu as ramené quoi de tous tes voyages Doc’ Sonora ?
- À la fois tout et rien Bibote…Des choses qui se touchent, se regardent, s’écoutent, se sentent, se racontent… Des souvenirs ! Et il n’y a rien de plus beau que de les partager ! Alors voilà ce que je te propose Bibote : aujourd’hui ton défi sera le mien. J’aimerais que tous les Bibotes me présentent leurs souvenirs. Je serais curieux de voir quel est l’objet le plus ancien de leur maison. Ou qu’ils me montrent un objet qui vient de très loin, ou du fond de leur jardin… »

C’est à vous de jouer les Bibotes ! Rendez-vous en terres inconnues avec l’incroyable voyage du Docteur Sonora !

JOUR 28 : The Greatest


Kaixo les Bibotes !

Hier fut un jour très particulier… Nous fêtions en effet l’anniversaire d’un évènement dont vous n’avez sûrement jamais entendu parler.
Notre Président nous l’a plusieurs fois répété : « Nous sommes en guerre ». Mais à l’époque dont je souhaite vous parler, la guerre en était une vraie. Vous savez ces guerres avec des fusils, des bombes, des chars, qui voyaient s’affronter des jeunes hommes qui  n’avaient souvent rien demandé… 

Un certain 28 avril, un de ces jeunes hommes refusa de se battre pour son pays. Vous allez bien sûr vous dire : « Quoi ? Il n’a pas voulu défendre la patrie de sa famille et ses amis ? Quel lâche ! Quel peureux ! Moi j’y serais allé c’est sûr ! ». Amis Bibotes, détrompez-vous : cet homme était le plus courageux des hommes ! Il ne refusa jamais un combat : c’était le plus grand de tous. Et pourtant, il n’avait même pas de moustache…

Son histoire commença à bicyclette… Encore ! Et oui… Issu d’une modeste famille américaine, ce jeune garçon se fit un jour voler son vélo. Énervé, il partit prévenir le policier de son quartier en lui disant qu’il se vengerait. Se venger ? Mais comment ça ? En d’infligeant tout simplement une correction à son voleur. Le policier, aussi entraîneur de boxe, lui rétorqua qu’il valait mieux qu’il apprenne à boxer dans son club plutôt que de se battre dans la rue. L’enfant l’écouta et dès le lendemain il commença à prendre des leçons de boxe sous la tutelle du policier…
« Vole comme le papillon et pique comme l’abeille », lui répétait sans cesse son entraineur. Le petit Cassius (et oui j’avais oublié son prénom..), l’écouta et boxa, boxa, boxa…

Pendant des années il y mit tout son cœur. Puis il changea de nom avant de devenir le plus grand boxeur de tous les temps : Mohamed Ali. Celui qui refusa de se battre autrement qu’avec ses poings et ses mots.
« Dans le ring, il y a un arbitre pour arrêter le combat si un combattant risque d'être trop blessé. La boxe n'a rien à voir avec la guerre et ses mitrailleuses, ses bazookas, ses grenades et ses bombardiers. »

Mohamed fit tomber ses adversaires un par un et gagna tous les titres. Mais sa plus belle victoire fut celle contre le racisme. Des blancs, des noirs, des jaunes, des marrons : tous étaient des hommes. 

Il se disait d’ailleurs le meilleur de tous : « Il est difficile d’être humble lorsque vous êtes aussi grand que je le suis. » Quel orgueilleux ! Et alors ? Puisque c’était la vérité.

Cependant, comme tout boxeur, Mohamed prit des coups. Probablement un peu trop… Seule la maladie le fit trembler avant de l’emporter au paradis des champions. Et il s’envola rejoindre les héros et les légendes qui ont transformé les hommes bien au-delà de leur sport. Il était tout simplement : « The Greatest ».

Alors voilà votre défi sportif du jour amis Bibotes : nous allons rendre hommage au plus grand sportif de l’histoire ! Un tapis, des cordes, du courage et des gants. Voilà tout ce qu’il vous faudra pour ne pas jeter l’éponge et devenir des géants !

JOUR 29 : Le Premier Mai


Egun on les Bibotes ! 

Aujourd’hui c’est le premier mai. Et le premier mai c’est la fête du travail ! Génial ! Allez, on descend tous dans la rue avec nos stylos, nos outils, nos ordis et on va travailler jusqu’au bout de la nuit ! Trop cool !!! J’adore le travail !

Mais il y a un problème… C’est quoi cette fête où l’on s’interdit de faire ce que l’on fête ? Le jour de la fête de la musique, tout le monde chante. Lors de la fête du cinéma, on a bien des places offertes ? On sort tous nos drapeaux français le 14 juillet...  Mais le jour de la fête du travail on vend du muguet ???

Bref, je crois que les gens ont vraiment un problème avec leur travail… En tout cas pour Tip, Bobby, Jean-Pierre, Carapuce et moi, le travail c’est la santé ! Plus on nous en donne, plus on est au taquet ! Et vous savez pourquoi ? Parce qu’on est des passionnés !
Mais cette histoire de muguet ça m’intrigue… 

Alors je suis allé poser la question à Jean-Pierre.
« Eh Jean-Pierre, ça vient d’où le muguet ?
- Le muguet ça vient du Japon. 
- Du Japon ??? Mais comment a-t-il pu arriver chez nous ? Il n’y a plus d’avions !
- Bibote, le muguet est arrivée en Europe pendant le Moyen Âge, les avions n’existaient même pas. 
- Mais comment faisaient les gens qui travaillaient dans les aéroports alors ? Ils restaient toute la journée à la maison ? 
- Il n’y avait pas d’aéroports, on se déplaçait à cheval et en bateau.
- Ah oui ! Comme au temps des chevaliers ! 
- Bibote, s’il te plait, laisse-moi terminer… Le muguet était considéré comme un porte-bonheur durant le Moyen Âge et le premier mai 1561, le roi Charles IX décida qu’il fallait en offrir chaque année aux dames de sa cour. La tradition est née comme ça.
- Mais cette histoire d’avions c’est quand même très bizarre… Le temps d’arriver du Japon à chez nous en bateau, il devait être complètement fané le muguet… 
- Tu réfléchis trop Bibote…
- Ça y’est j’ai compris !!! Comme le muguet était tout le temps fané le premier mai, on a aujourd’hui décidé de changer la tradition en s’offrant des masques !
- Non Bibote. Le masque c’est à cause du vilain virus…
- Mais non le vilain virus il vient de Chine, pas du Japon ! Les gens qui confondent la Chine et la Japon ça m’énerve ! Tout ça c’est à cause de ces restaurants chinois qui servent des sushis ! Le monde est en train de devenir fou Jean-Pierre ! »

Non mais ! Oui, ce monde devient fou ! Du muguet fané, une fête du travail sans travailler, des restaurants chinois qui servent des plats japonais ! Amis Bibotes, il est temps de se retrousser les manches et de redresser la barre ! Alors je vais commencer par vous donner un peu de travail pendant ce jour férié !

Voilà votre mission du weekend les Bibotes « bosseurs » : ensemble, on va continuer de préparer la rentrée du 11 mai. Pour faire respecter tous les gestes barrières que vous avez présentés la semaine dernière, je vais vous demander de réaliser des petites affiches les décrivant. Nous les positionnerons ensuite dans certains endroits de l’école : les toilettes, les couloirs, les portes, la cour de récréation… 
J’attends donc les photos de vos affiches ! Et surtout, conservez-les jusqu’à la rentrée pour que je puisse les récupérer, les copier et les afficher !

JOUR 30 : Alerte à Olhette


Kaixo les Bibotes ! 

Non mais vous avez vu la chaleur qu’il a fait hier ! Plus de 30 degrés ! Waouh !!! Ma moustache en a transpiré toute la journée ! C’était en plus le grand jour : après avoir fait la queue pour aller vider les rayons des pâtes alimentaires des supermarchés, nous pouvions enfin faire de même pour acheter des masques ! 

Alors ma petite moustache a eu droit à son masque jetable pour se protéger du soleil et rester à l’ombre tout l’après-midi. Et en plus, ces masques diminuent les risques de contamination par le vilain virus : voilà comment joindre l’utile à l’agréable !

En attendant, le printemps continue à traverser les semaines comme un train à grande vitesse sans faire de halte dans les gares du confinement. Et nous, pauvres petits passagers masqués sans billets, nous restons là, à le regarder par la fenêtre… Mais printemps, prépare-toi ! Armés de nos masques, nous allons bientôt pouvoir sortir et t’attraper par le col en te disant : 
« Printemps, maintenant on va te vivre (presque) à fond ! Alors ne commence pas à t’échapper la semaine prochaine en te cachant derrière des nuages pleins de pluie ! ».

Je suis très inquiet les Bibotes car on parle beaucoup trop des écoles. D’accord c’est bien l’école… Mais sans les écoles les vacances n’existeraient pas. Si j’étais président, je commencerais donc par préparer les vacances ! Comme ça on aurait le temps de ne rien faire en lézardant au soleil pour ne pas préparer la rentrée ! Et donc, on pourrait rester encore plus longtemps en vacances ! Et si nous étions assez malins pour faire durer la chose, nous n’aurions même plus besoin de travailler à l’école pour avoir de bonnes notes et un métier passionnant en devenant grand, puisque tous les gens deviendraient des « vacanciers ».

Plus de manifestations pour les conditions de travail, les heures, les retraites ! Tout irait mieux dans le meilleur des mondes. Vous vous imaginez un peu ! L’hiver à la montagne, l’été à la plage, et le printemps et l’automne pour se reposer un peu entre toutes ces vacances. Parfois, j’ai vraiment des idées brillantes…

En parlant de soleil, Carapuce est encore affalée sur la terrasse pour faire réchauffer sa température interne et bronzer sa carapace. Vous et moi, nous vivons avec une température corporelle à 37,5 degrés : on est « caliente » !!! Mais la température de Carapuce varie en fonction des saisons et donc de la météo. Plus son sang est chaud, plus elle est active et grandit vite… Mais si cette température descend, elle vit au ralenti, jusqu’à hiberner quand il fait vraiment froid. Carapuce n’ira donc jamais au ski... Sauf si on réussit un jour à lui enfiler plusieurs doudounes !

Bon, il est l’heure de la réveiller, pour qu’elle se mette sur le dos : le bronzage asymétrique c’est très inesthétique ! 
« Et Carapuce, retourne-toi ! Tu crois que ça va être joli quand si tu ne bronzes pas du ventre. Tu veux montrer des tablettes de chocolat blanc sur la plage ? Les gens critiquent le chocolat blanc… C’est trop sucré, trop riche, trop gras, et gnagnagni et gnagnagna… Carapuce, il faut que tu sois au top pour déambuler sur le sable et batifoler dans les vagues à partir du 11 mai !
- Mais Bibotes les plages sont fermées…
- Comment ça « fermées » ? Lundi prochain c’est fini le confinement !
- Oui mais les plages resteront fermées pendant tout le mois de mai pour éviter que trop de gens ne s’y croisent et que le vilain virus recommence à circuler.
- De quoi ??? Circuler ??? Mais les gestes barrières ??? Et si on fait des grands châteaux de sables entre les gens et qu’on marche avec nos parasols ouverts sur la tête, on sera sûr de respecter les distances de sécurité !
- Ça ne marche pas comme ça Bibote…
- Mais mon projet de vacances à l’année alors ? Si les plages sont fermées on va devoir repartir à l’école ? J’ai compris ! C’est un complot contre mon idée ! Nos dirigeants nous font croire que les plages doivent restées fermées pour que nous soyons obligés d’aller à l’école faire des devoirs, apprendre des choses intéressantes, passer des diplômes, et trouver un métier qui nous plait.
- Tu racontes vraiment n’importe quoi Bibote… Il est temps que tu arrêtes de passer tes journées avec Bobby. D’ailleurs il est passé où ? Depuis plusieurs jours on ne le voit plus.
- Bobby s’entraine Carapuce ! Cet été, il va surveiller les plages quand elles ouvriront, alors il révise son secourisme ! Mais il a problème de taille : depuis que la série « Alerte à Malibu » ne passe plus à la télé, il doit vraiment travailler pour apprendre. Et il n’aime pas du tout ça… »

Vous avez compris votre mission du jour les Bibotes ? Bobby a besoin de vous ! Il déteste lire ses livres de secourisme… Vous allez donc devoir lui faire des démonstrations de grands professionnels ! Les PLS, les coupures, les malaises, les brûlures, les étouffements…À vous de lui enseigner tous ces gestes qui sauvent pour qu’il soit prêt à enfiler son  joli maillot rouge cet été !

JOUR 31 : La Clôture


Salut les Bibotes ! 

Les douces mélodies des oiseaux sont petit à petit remplacées par le grondement des voitures et les réunions continuent à s’enchainer pour préparer la rentrée…

Amis Bibotes, la fin de notre aventure approche… Notre histoire va bientôt se terminer mais la suivante nous promet beaucoup de rebondissements ! Le retour à l’école, les déplacements, les visites chez les copains et la famille… Enfin !!! 

Peut-être que le plus dur commence… Car maintenant le sérieux devra être de mise pour éviter que le vilain virus ne reprenne du poil de la bête. Mais attention ! La vie reste la vie et il est hors de question que nous devenions des « vivants-morts » ! Faisons confiance à notre intelligence, nos protections et nos gestes barrières pour redécouvrir un semblant de liberté et faire la fête sans trop se prendre la tête ! 

Aujourd’hui, nous avons un évènement particulier à célébrer : le dernier jour des Jeux Olympiques des Salons et des Jardins 2020. On aura vécu de magnifiques moments sportifs pendant ces deux mois à la maison ! De la boxe, du vélo, de la natation… Vous allez être affûtés comme des sportifs de haut niveau pour affronter la rentrée !

C’est donc l’heure de clôturer nos JO en éteignant la flamme allumée il y a six semaines. Et cette cérémonie de clôture on va la faire à la sauce « Bibote Barbecue». On ne va pas se mettre à pleurer comme des nunuches : ça va être funky et sentir la viande grillée !

Grâce à toutes nos épreuves sportives vous avez à présent des corps d’Apollon, vous avez sûrement appris aujourd’hui quelques gestes qui sauvent, et maintenant vous devaient éteindre une flamme… Réfléchissez bien… Oui les Bibotes, les pompiers de demain c’est vous !
 
Alors à vos casques, vos échelles, vos camions rouges et vos tuyaux d’arrosage ! Cette flamme Olympique devra s’éteindre coûte que coûte avant demain soir ! Et oui : demain sera le grand jour de se dire au revoir !

JOUR 32 : This is the end


Egun on les Bibotes !

Et voilà, c’est fini ! Je pourrais faire un long discours mais parfois peu de mots suffisent…
Alors de la part de toute l’équipe du « BIBOTE TXAPELKETA » :